FANDOM


Les Adnerems étaient une espèce intelligente de grands et fins mammifères humanoïdes natifs de la plaisante planète Adner, dans le secteur Yataga de la Zone d'Expansion. Descendants de chasseurs-charognards, ils avaient une large tête triangulaire avec de grands yeux et une large boule de chair au centre de leur front appelée chambre d'écho. Leurs bras fins étaient terminés par quatre serres chacun, sans pouce opposable. La société Adnerem était basée sur de petites unités sociales sans lien génétique appelées « steri » (steris au singulier), qui résident ensemble dans des maisons-steri. Les membres d'un steris étaient connus comme des sterika. Le statut d'un Adnerem dépendait entièrement du statut de son steris, et différents steri se battaient parfois pour le pouvoir lors d'une guerre-raid.

Les Adnerem étaient généralement asociaux et restaient indépendants du reste de l'économie galactique, même si leur monde natal était un piège à touristes avec de nombreux parcs à thèmes et casinos. Durant la Guerre Civile Galactique, le plus grand de ces casinos, le Red Lisken, était dirigé par l'Adnerem Etsero, qui avait des liens avec le gangster Jabba le Hutt, ainsi qu'avec divers sympathisants Impériaux.

Les Adnerem qui quittaient Adner restaient généralement ensemble avec leur steris, et trouvaient des occupations de groupe. Les steri hors de leur monde travaillaient généralement au management de grandes corporations, organisations criminelles ou agences de mercenaires, telles que l'Interstellar Strike Force.

Biologie et apparenceModifier

Les Adnerem étaient une espèce intelligente de grands et fins mammifères[2] omnivores[3], qui faisaient généralement entre 1,8 et 2,2 mètres. Descendants d'une espèce de chasseurs-charognards, c'étaient des humanoïdes avec de nombreuses caractéristiques en commun avec les humains, avec une démarche bipède, une posture droite, et deux sexes différents. Ils avaient également une bouche et un nez similaires, mais avec une tête triangulaire sans oreilles, un visage étroit et un large crâne à la forme de cerveau, surmonté d'une grande boule de chair. Celle-ci était une chambre d'écho ferme et creuse, qui fonctionnait comme des oreilles, même si les humains la prenaient souvent pour une tumeur. La peau des Adnerems était ridée, gris sombre et sans le moins poil ou cheveux, excepté un vestige de chevelure derrière le crane.[3]

Ils possédaient seulement quatre doigts par main, sans pouce opposable. La serre sur chaque doigt pouvait devenir incroyablement longue et robuste. Les paupières des Adnerems avaient évolué pour protéger leurs yeux (qui étaient généralement de couleur claire, bleus ou verts) contre les soleils jumeaux de leur planète Adner,[3] dans le secteur Yataga[6] dans la Zone d'Expansion.[7]

Société et cultureModifier

La culture Adnerem était basée sur celle de leurs ancêtres chasseurs-charognards, qui étaient semi-sociaux et se réunissaient en tributs de cinq à vingt individus. Les Adnerems gardèrent cette culture de groupe avec une société basée sur une unité sociale de cinq à cent personnes, en moyenne soixante-quatre adultes sans nécessairement de lien génétique. Ces groupes étaient des steri, au singulier des steris, leurs membres s'appelant des sterisi. Les membres des steri vivaient dans des maisons-steri, qui étaient généralement des bâtiments en forme de disque à un ou deux étages conçus pour évacuer la chaleur. Les tâches ménagères et de maintenance étaient partagées entre les membres du groupe, ou d'autres steri étaient employés pour s'en occuper si les habitants de la maison-steri étaient suffisamment riches. Le bâtiment était divisé en deux parties, une publique et une privée, les étrangers étant acceptés dans la partie publique, mais la privée étant réservée aux sterisi.[3]

Adnerem in Bar

Un Adnerem dans un bar.

Les Adnerem naissaient dans une steris et étaient élevés par les sterisi de leur maison-steri (pas forcément par leurs parents), jusqu'à l'âge de six ans. L'enfant était alors transféré dans un steris-éducation pour être éduqué et évalué jusqu'à ses quatorze ans. Il choisissait ensuite une vocation initiale. Les dix ans suivants étaient passés à s'entraîner dans l'occupation choisie, remboursant le steris qui l'avait élevé. À l'âge de vingt-quatre ans, un Adnerem quittait le steris cérémonieusement et choisissait quel steris rejoindre en tant qu'adulte. Beaucoup de steri offraient des avantages pour récupérer leurs propres sterisi, la moitié des Adnerem restaient donc dans le steris dans lequel ils étaient nés. Une fois que la décision était prise, il était rare qu'un Adnerem quittât son steris car cela entraînait la perte de tous les atouts apportés par le groupe, et il était ensuite stigmatisé. Seule la promesse d'une grande opportunité ou d'un bien meilleur statut pouvait donc pousser un Adnerem à quitter son steris.[3]

Les Adnerems suivaient avec dévouement un système de pragmatisme systématique tel que chaque Adnerem voulant accroître sa position le faisait en améliorant son steris. Cela pouvait s'accomplir en augmentant l'influence du steris et sa richesse, souvent par du commerce avec d'autres steri. La majorité des Adnerems travaillaient dur pour cela, mais souvent sans intérêt personnel. Les steri les plus larges avaient parfois comme clients des steri plus petits qu'ils payaient pour leur rapporter des ressources, une position dont les plus puissants steri abusaient rarement. Une méthode moins commune pour améliorer le statut d'un steris était de s'engager dans une guerre-raid. C'étaient de petits conflits entre deux ou plusieurs steri, le but de chacun étant d'affaiblir l'ennemi et ainsi baisser son statut. Des steri puissants s'engageaient dans de tels conflits si ils avaient des buts conflictuels avec ceux d'autres steri, et les plus petits cherchaient à se faire un nom ou à s'élever à plusieurs face à un steri puissant qui abusait de sa position. Les batailles étaient généralement courte et à petite échelle, l'objectif étant de ne jamais annihiler l'ennemi, un steris affaibli pouvant être utile dans le futur.[3]

Du fait de ce système, les Adnerem n'avaient ni classe ni discrimination sociale, et chaque individu était jugé purement sur le statut de son steris et dans celui-ci. Ils avaient par conséquent des difficultés à comprendre le concept de rang et de position sociale des autres espèces. Malgré ce handicap, les Adnerem particulièrement riches faisaient pousser leurs serres jusqu'à une longueur extrême pour montrer qu'ils n'avaient pas besoin de travailler. Les femmes se distinguaient souvent des hommes en laissant pousser leur mèche de cheveux et en la coiffant.[3]

Ils portaient généralement des vêtements semblables à de nombreuses espèces de la galaxie, et particulièrement des robes.[8]

Les Adnerems avaient toutes sortes de personnalités, mais étaient souvent calmes et patients, et pouvaient donc paraître froids. Pourtant, intérieurement ils étaient bien plus énergiques, mais ne le montraient simplement pas. En tant qu'espèce, en général, ils étaient également asociaux et introvertis, choisissant de passer la majeure partie de leur temps seul ou en très petits groupes de cinq ou moins. En groupes plus larges, il était très rare qu'ils parlent, rendant les endroits publics de leur monde presque totalement silencieux. D'un autre côté, deux Adnerems seuls pouvaient devenir aussi actifs et bavards qu'un groupe de dix individus d'une autre espèce. Occasionnellement, un couple à l'intérieur d'un même steris formait une relation amicale extrêmement proche appelée sterika. Ces relations n'étaient pas à nature sexuelle, mais les deux individus devenaient si proches qu'ils se considéraient comme une seule entité. La raison de cette union restait inconnue de la majorité de la galaxie, même si cela arrivait souvent après une période de stresse pour l'un ou les deux Adnerems. Les sterika n'étaient pas recherchés par les Adnerems comme d'autres espèces cherchent à trouver l'amour ; cependant, certains Adnerems enviaient les sterika. Au total, environ dix pour cent de la population Adnerem fit partie un jour d'un sterika. En dehors de ces unions, il était rare qu'un membre de cette espèce s'attachât à d'autres individus, de leur espèce ou non. Cette distance poussait les étrangers à voir les Adnerems comme manipulateurs et distants.[3]

Une longue immersion dans la communauté galactique permit d'augmenter le niveau technologique d'Adner. Les Adnerems étaient tout de même restés séparés de l'économie galactique et restaient isolés financièrement, investissant fortement pour rester autosuffisants et indépendants des imports et investissements extérieurs, n'important que des biens spécialisés et des informations en large quantité. La première source de revenus de l'espèce était une large industrie de divertissement basée sur Adner, ainsi que sur d'autres planètes, qui consistait principalement en établissements de jeux et de plaisir. Pendant plus de deux mille ans, les casinos d'Adner furent incroyablement populaires auprès des touristes étrangers, des centaines de milliers ne venant sur la planète que pour cela. Les casinos, dirigés par les steri les plus puissants, devinrent experts pour satisfaire les besoins de ces nombreux visiteurs et employèrent un grand nombre d'étrangers hautement qualifiés.[3]

HistoireModifier

Les Adnerems étaient issus d'une espèce primitive de chasseurs-charognards de la planète Adner. Leurs ancêtres vivaient en petites tribus de cinq à vingt individus. Durant leur développement social, les Adnerems conservèrent ce fonctionnement très groupé, et ces groupent devinrent l'unité sociale de base appelée steri.[3] Les étrangers découvrirent la région de l'espace où se situe Adner entre 8000 av.BY et 5500 av.BY.[9] Les Duros furent les premiers à rencontrer les Adnerem.[3] Les contacts étrangers eurent peu d'effet sur leur culture, excepté une introduction lente de nouvelles technologies. La culture Adnerem garda son système basé sur les steri, et les événements historiques majeurs de la planète continuèrent à être de simples changements de pouvoir entre steri.[3]

Avant 1004 av.BY, Adner devint une partie du secteur Yataga dans la Zone d'Expansion, et intégra ainsi l'espace contrôlé par la République Galactique.[10] Cependant, le système des Adnerem tomba sous le contrôle de la Confédération des Systèmes Indépendants,[11] une faction politique s'étant séparée de la République, durant la Guerre des Clones, lorsque les Séparatistes déclarèrent la guerre à la République.[12] Après la guerre, les Séparatistes furent dispersés et Adner, avec la majorité des systèmes stellaires stellaires sous son contrôle, passa sous le contrôle de l'Empire Galactique nouvellement formé, successeur de la République,[13][14] Avant 137 ap.BY, le monde des Adnerem tomba entre les mains de l'Empire du Seigneur Sith Dark Krayt.[15]

Les Adnerems dans la galaxieModifier

Etsero

Etsero, un riche propriétaire de casino Adnerem.

Les Adnerems préféraient généralement rester chez eux sur Adner et interagir entre eux plutôt qu'avec le reste de la galaxie. De nombreux Adnerems travaillaient dans le management des casinos de la planète.[3] L'un d'eux était Etsero, qui vécu sous l'Empire Galactique puis la Nouvelle République. Il dirigeait un casino nommé le Red Lisken, l'un de plus grands établissement de la planète. Il s'endetta auprès de Jabba Desilijic Tiure,[1] un puissant seigneur du crime Hutt qui dirigeait son empire illicite depuis la planète Tatooine.[16] Après la mort du Hutt[1] à la Bataille de Carkoon,[16] en 4 ap.BY,[17] la dette fut transférée vers un groupe loyal à l'Empire. La situation amena l'Adnerem à être inclus dans un document appelé Recherché par Cracken, une liste des criminels et Impériaux recherchés établis par Airen Cracken,[1] un général de la Nouvelle République.[18] Etsero était un associé connu d'un criminel, l'humain Theol Dunoche, qui sauva deux femmes Twi'leks de l'esclavage sur la planète Ryloth et les emmena pour travailler dans le casino de l'Adnerem.[19]

Les Adnerems qui quittaient leur planète natale le faisaient pratiquement toujours avec les autres membres de leur steris. Certains se lancèrent dans le commerce interstellaire, possédant de grands vaisseaux cargos ou des flottes de plus petits transports. Un petit nombre de steri étaient recrutés par des corporations galactiques comme équipes de management sur des projets de petite ou moyenne envergure.[3]

Un steris devint une compagnie de mercenaires, l'Interstellar Strike Force. Le steris agissait comme centre de commande et de contrôle, et laissait des non-Adnerems hautement entraîné agir en tant qu'unités d'opération spéciale. Au moins un autre Adnerem devint un mercenaire ; il fit la connaissance du Colonel Bitthaevrian Quaal Tavier Catharius et rejoignit l'Ordre m'Yalfor'ac, un groupe militaire antirépublicain de la planète Guiteica dirigé par Tavier. Le mercenaire devint membre d'un comité directeur de quatre personnes de l'ordre, et fut l'un des deux seuls non-Bitthaevrians de l'organisation.[4]

Adnerem GG11

Un Adnerem sur la planète Tresidiss.

Certains steri se tournèrent vers le crime et opérèrent comme petites organisations criminelles, rarement plus grandes que quelques systèmes stellaires. Ces criminels Adnerems effectuaient leurs opérations avec calmes, et éliminaient les menaces et obstacles de manière à attirer le moins d'attention possible, maximisant souvent les profits grâce à un grand nombre de petites sources de revenus faciles à cacher, plutôt que de faire des actions de plus grandes envergures, mais plus risquées.[3] L'un de ces Adnerem finit sur la planète Tresidiss, un paradis pour criminels possédé par des criminels Herglics qui dirigeaient un grand nombre d'établissements de jeux et toléraient les activités illégales effectuées ouvertement par des criminels sur ce monde.[5]

En coulissesModifier

Monsters and Aliens Adnerem

Image d'Adnerem dans Monsters and Aliens from George Lucas.

Les Adnerem apparurent pour la première fois en tant qu'espèce dans Wanted by Cracken, un livre écrit par Louis J. Prosperi, publié par West End Games en 1993 pour leur jeu de rôle. Le livre contenait une liste d'individus à jouer comme opposants aux personnages joueurs, incluant Etsero, un Adnerem, mais le livre ne donnait pas d'informations sur cette espèce, excepté leur monde natal. L'image utilisée pour Etsero était un concept art dessiné par l'artiste Nilo Rodis-Jamero pour le personnage de Bib Fortuna dans le film Star Wars épisode VI : Le Retour du Jedi. Cependant, le dessin ne fut pas sélectionné pour être dans le film. Il est également apparu dans le livre de concept art de 1983 The Art of Star Wars Episode VI: Return of the Jedi.[20]

Il apparait également en 1993 dans le livre Monsters and Aliens from George Lucas, écrit par Bob Carrau,[21] aux cotés d'un autre concept de Bib Fortuna de Rodis-Jamero.[20] Les images accompagnaient une lettre de vacances de la famille Lingsnots, dans laquelle ils détaillaient les activités de leurs trois enfants durant l'année passée. Les aliens ne furent jamais été identifiés comme des Adnerem, et rien dans la lettre ne se référait à la culture de cette espèce ; par exemple, les Lingsnots étaient une famille et non une steris.[21] Le contenu de Monsters and Aliens from George Lucas est considéré comme non-canon sauf si cela apparaît dans d'autres publications.[22] L'image du deuxième personnage Lingsnot fut utilisée dans le livre The Illustrated Star Wars Universe pour représenter un personnage nommé Po Ruddle Lingsnot, mais son nom est le seul lien avec la lettre de vacances, laissant le statut canonique de la famille peu clair.[23]

Un autre Adnerem, dessiné par Mike Vilardi et basé sur le concept art de Bib Fortuna utilisé pour Etsero, fut inclus dans le livre West End Games de 1994 Galaxy Guide 11: Criminal Organizations. Un autre livre de jeu de rôle de West End Games, Alliance Intelligence Reports, écrit par Bill Smith et publié en 1995, mentionne un mercenaire Adnerem membre de l'ordre m'Ylfor'ac. En 1996, l'auteur Timothy S. O'Brien donna une entrée à cette espèce dans son article "Alien Encounters", publié dans Star Wars Adventure Journal 11, aussi publié par West End Games. Cet article donne de nombreuses informations sur la biologie et la culture de l'espèce. Il réutilisa le concept de Bib Fortuna de Rodis-Jamero et inclut une autre image d'Adnerem dessinée par Scott Neely. L'article apporte des statistiques de jeu de rôle pour les Adnerem, montrant qu'ils favorisent la perception et la connaissance, mais sont faibles en aptitudes technologiques. Etsero est mentionné dans un autre livre West End Games, No Disintegrations, publié en 1997. L'article de Adventure Journal 11 fut à nouveau publié dans une forme réduite dans Alien Encounters en 1998, une collection d'espèce aliens réunies par Paul Sudlow. Le livre révèle également que les Adnerems sont des mammifères dans ses appendices, qui liste toutes les espèces du livre par classe. Les Adnerems sont également dans The Complete Star Wars Encyclopedia, publié en 2008 et écrit par Stephen J. Sansweet et Pablo Hidalgo.

SourcesModifier

Notes et référencesModifier

  1. 1,0, 1,1, 1,2, 1,3, 1,4, 1,5, 1,6, 1,7, 1,8 et 1,9 Wanted by Cracken, p. 52
  2. 2,0 et 2,1 Alien Encounters, p. 181
  3. 3,00, 3,01, 3,02, 3,03, 3,04, 3,05, 3,06, 3,07, 3,08, 3,09, 3,10, 3,11, 3,12, 3,13, 3,14 et 3,15 SWAJsmall "Alien Encounters" — Star Wars Adventure Journal 11, pp. 139–144
  4. 4,0 et 4,1 Alliance Intelligence Reports, p. 44
  5. 5,0 et 5,1 Galaxy Guide 11: Criminal Organizations, p. 79
  6. SWCustom-2011 Star Wars: The Essential Atlas Online Companion sur StarWars.com (article)
  7. Star Wars : L'Atlas, p. 228
  8. Dans les quatre illustrations "canons" d'Adnerem, ils sont montrés avec des vêtements similaires à ceux d'autres espèces vues dans les médias Star Wars. Trois d'entre elles montrent des Adnerem en robes.
  9. Star Wars : L'Atlas montre la région de l'espace où se trouve le secteur Yataga ; d'après ses coordonnées et sa position sur la carte des systèmes de la Zone d'Expansion dans Star Wars: The Essential Atlas Online Companion, il se trouve dans une portion coloriée en vert identifiée comme les régions explorées pour la première fois entre 8 000 et 5 500 av.BY sur la carte "Galactic Exploration" de la page 120.
  10. Star Wars : L'Atlas montre la région de l'espace ou se trouve le secteur Yataga ; d’après ses coordonnées et sa position sur la carte des systèmes de la Zone d'Expansion dans Star Wars: The Essential Atlas Online Companion, il se trouve dans une portion colorée en bleu identifié comme l'espace de la République Galactique sur la carte "La Chute de la République" p. 133.
  11. Star Wars : L'Atlas montre la région de l'espace ou se trouve le secteur Yataga ; d'après ses coordonnées et sa position sur la carte des systèmes de la Zone d'Expansion dans Star Wars: The Essential Atlas Online Companion, il est situé dans une portion colorée en rouge identifié comme l'espace de la Confédération des Systèmes Indépendants sur la carte La Guerre des Clones page 151.
  12. Star Wars épisode II : L'Attaque des Clones
  13. Star Wars épisode III : La Revanche des Sith
  14. Star Wars : L'Atlas montre la région de l'espace où se trouve le secteur Yataga ; d'après ses coordonnées et sa position sur la carte des systèmes de la Zone d'Expansion dans Star Wars: The Essential Atlas Online Companion, il se situe dans une région coloriée en rouge identifiée comme l'espace contrôlé par l'Empire Galactique sur la carte "The Reconquest of the Rim" p. 112.
  15. Star Wars : L'Atlas montre la région de l'espace où se trouve le secteur Yataga ; d'après ses coordonnées et sa position sur la carte des systèmes de la Zone d'Expansion dans Star Wars: The Essential Atlas Online Companion, il se situe dans une région coloriée en rouge identifiée comme l'Empire Galactique de Dark Krayt sur la carte "The New Empire" p. 226.
  16. 16,0 et 16,1 Star Wars épisode VI : Le Retour du Jedi
  17. The Essential Chronology p.60
  18. Wanted by Cracken, p. 4
  19. No Disintegrations, p. 93
  20. 20,0 et 20,1 The Art of Star Wars Episode VI: Return of the Jedi, p. 17
  21. 21,0 et 21,1 Monsters and Aliens from George Lucas, pp. 23–24
  22. Modèle:SWArchive
  23. The Illustrated Star Wars Universe, p. 140

Lien externeModifier

Autres langues
Sauf mention contraire, le contenu de la communauté est disponible sous licence CC-BY-SA  .