FANDOM


Tab-canon-white  Tab-legends-black 
"L'Alliance des Corporations contrôle tout !"
Premier Ministre Almec.[src]

L'Alliance des Corporations était un important conglomérat d'entreprises commerciales actif durant les dernières années de la République Galactique. Durant la Guerre des Clones, il supporta la Confédération des Systèmes Indépendants.

DescriptionModifier

L'Alliance des Corporations était une entreprise commerciale particulièrement puissante et riche.[4] L'entreprise employait essentiellement des Koorivars[3] mais aussi des Harch.[5] L'Alliance des Corporations était basée sur Murkhana[2] et se trouvait également sur Kooriva.[1]

L'Alliance des Corporations était une entreprise commerciale protégée par son propre service de sécurité, le Directorat de l'Administration Policière. Cette force de sécurité, composée notamment des Fusiliers Koorivars, était chargée de la protection des infrastructures de l'entreprise et était utilisée comme massue durant les négociations. Le Magistrat Passel Argente recrutait également de nombreux groupes de mercenaires ou de pirates comme la Brigade des Vibrolames, le Corps Mercenaire Indépendant ou les Forces Spéciales Salissiennes.[2] L'entreprise disposait en plus de tanks droïdes NR-N99 de classe Persuader pour défendre ses intérêts[1] et pour réprimer les révoltes d'ouvriers.[6]

HistoireModifier

Sous la RépubliqueModifier

"Une flotte de l'Alliance des Corporations bloquait Malastare. Elle était menée par Trench."
―L'Amiral Wullf Yularen, à Anakin Skywalker.[src]

Durant les dernières années de la République Galactique, l'Alliance des Corporations était l'une des principales organisations commerciales de la galaxie et était ainsi en compétition avec la Guilde du Commerce et le Retail Caucus.[2]

Peu avant la Guerre des Clones, une flotte de l'Alliance des Corporations, menée par l'Amiral Trench, organisa un blocus de Malastare. Le blocus dégénéra en un affrontement avec la République Galactique. Les deux camps perdirent de nombreux vaisseaux et Trench fut présumé tué durant la bataille.[5]

Alliance avec les SéparatistesModifier

"La Guilde du Commerce et l'Alliance des Corporations ont mis leurs armées au service du comte Dooku."
Obi-Wan Kenobi, au Haut Conseil Jedi.[src]
Passel Argente Tikkes Geonosis

L'Alliance des Corporations ne joua qu'un rôle mineur durant la bataille de Geonosis même si son dirigeant, Passel Argente, supervisa les combats.

Durant la Crise Séparatiste, l'Alliance des Corporations rallia la Confédération des Systèmes Indépendants et utilisa son influence pour pousser plusieurs planètes à quitter la République. Sa force de sécurité, le Directorat de l'Administration Policière, fut intégrée à l'Armée Droïde Séparatiste et à la Marine Séparatiste.[2] De même, l'Alliance fut représentée par Voe Atell au Sénat Séparatiste,[7] où elle dirigeait la Faction de la Guerre.[2] Le ralliement précoce de l'Alliance des Corporations à la Confédération des Systèmes Indépendants lui permit d'obtenir les faveurs du Comte Dooku. De même, les employés de l'Alliance s'installèrent sur la plupart des planètes séparatistes.[8] Le dirigeant de l'Alliance des Corporations, Passel Argente, fut également invité sur Géonosis à l'occasion de la première réunion du Conseil Séparatiste où plusieurs entreprises comme la Fédération du Commerce ou le Clan Bancaire Intergalactique officialisèrent leur soutien à la cause séparatiste. La réunion fut toutefois espionnée par le Chevalier Jedi Obi-Wan Kenobi qui fit un compte-rendu au Haut Conseil Jedi. La République Galactique attaqua les forces séparatistes, déclenchant la Guerre des Clones.[3] La majeure partie des troupes de l'Alliance des Corporations ne se trouvaient pas sur Géonosis et furent bloquées par la Marine Républicaine, empêchant ainsi à l'Alliance de jouer un rôle dans la bataille.[9]

Guerre des ClonesModifier

"L'Alliance des Corporations ne laissera jamais ceci se produire."
Voe Atell, sur le traité de paix présenté par Mina Bonteri.[src]
Tank Persuader Kashyyyk

Des tanks droïdes NR-N99 de classe Persuader de l'Alliance des Corporations durant la bataille de Kashyyyk.

Avec le déclenchement de la Guerre des Clones, l'Alliance s'investit dans l'effort de guerre Séparatiste car le conflit favorisait ses affaires. Toutefois, elle prit soin de fortifier son siège, Murkhana, en déployant des destroyers de classe Fantail et des corsaires Sikurdiens.[2] De même, des unités de l'Alliance des Corporations combattirent la République à plusieurs reprises. Des tanks droïdes NR-N99 de classe Persuader de l'Alliance participèrent aux batailles de Malastare,[10] de Mygeeto[11] et de Kashyyyk.[12] Néanmoins, l'entreprise tenta de garder une neutralité de façade pour continuer à commercer avec la République Galactique même si personne n'était dupe quant à la véritable allégeance de l'Alliance des Corporations.[4] Le principal intérêt de l'Alliance était ainsi de prolonger le conflit le plus longtemps possible pour faire un maximum de profit.[2]

Voe Atell

Voe Atell, de l'Alliance des Corporations, tenta de saboter les différentes initiatives de paix entre la Confédération des Systèmes Indépendants et la République Galactique.

L'Alliance des Corporations fut au cœur des débats du Conseil des Ministres de Mandalore qui cherchait des partenaires commerciaux pour arrêter de se fournir au marché noir.[13] Plusieurs jours plus tard, la sénatrice Padmé Amidala du Sénat Galactique et la sénatrice Mina Bonteri du Sénat Séparatiste ébauchèrent un traité de paix entre la Confédération et la République. Bonteri présenta le traité au Sénat Séparatiste mais rencontra l'opposition de Voe Atell et de l'Alliance des Corporations. Mina Bonteri parvint néanmoins à gagner le soutien de la majorité des sénateurs séparatistes et le traité fut présenté à la République. Toutefois, cette initiative de paix fut sabotée par le comte Dooku.[7] Un an plus tard, Voe Atell et l'Alliance des Corporations participèrent à une nouvelle conférence de paix avec la République sur Mandalore mais, encore une fois, ce fut un échec.[14]

Militairement, l'Alliance des Corporations fut gravement affaiblie suite à une attaque de la République sur Murkhana. Les troupes républicaines parvinrent à neutraliser les émissions-pirates qui émanaient de la planète mais ne purent l'occuper. Murkhana subie par la suite un bombardement planétaire qui dura plusieurs années et qui ravagea la planète.[15] Durant les Sièges de la Bordure Extérieure, Murkhana fut défendue par la Brigade des Vibrolames sous la supervision personnelle de Passel Argente.[6]

Durant les derniers jours du conflit, les dirigeants de l'Alliance des Corporations, Passel Argente et Denaria Kee, ainsi que le reste du Conseil Séparatiste se réfugièrent sur Utapau puis Mustafar. Ils furent finalement massacrés par Dark Vador, ce qui mit un terme au conflit.[12]

Sous l'Empire GalactiqueModifier

"Nous sommes membres de l'Alliance des Corporations. Vous avez arraisonné notre vaisseau de façon illégale et j'exige que vous nous relâchiez !"
Jun Sato, se faisant passer pour un membre de l'Alliance des Corporations.[src]

Malgré le rôle qu'elle joua dans la Guerre des Clones, l'Alliance des Corporations ne fut pas nationalisée par l'Empire Galactique et continua à exister. Plus d'une dizaine d'années après la fin du conflit, le commandant Jun Sato de la rébellion essaya de faire croire à l'amiral impérial Brom Titus qu'il travaillait pour l'Alliance des Corporations lorsqu'il fut arrêté par la Marine Impériale.[16]

Membres connusModifier

Passel Argente Utapau

Passel Argente, Magistrat de l'Alliance des Corporations.

En coulissesModifier

L'Alliance des Corporations est apparue pour la première fois dans le film Star Wars épisode II : L'Attaque des Clones de George Lucas, sorti en 2002.

ApparitionsModifier

SourcesModifier

Notes et référencesModifier

* DIVULGATION : Certains des liens ci-dessus sont des liens d'affiliation, ce qui signifie que, sans frais supplémentaires pour vous, Fandom percevra une commission si vous cliquez et effectuez un achat.Sauf mention contraire, le contenu de la communauté est disponible sous licence CC-BY-SA .