FANDOM


Les Atrocités d'Antar fut le nom donné par les médias à une opération de l'Empire Galactique qui eut lieu environ un an après la fin de la Guerre des Clones. Les forces Impériales, menées par Wilhuff Tarkin, procédèrent à des arrestations, des exécutions et des massacres de masse sur Antar 4 en représailles de l'allégeance de la lune à la Confédération des Systèmes Indépendants durant la Guerre des Clones.

PréludeModifier

Les origines des Atrocités d'Antar prennent place dans la Crise Séparatiste où des milliers de systèmes stellaires quittèrent la République Galactique et jurèrent allégeance au Comte Dooku, le leader de la Confédération des Systèmes Indépendants. Antar 4, qui faisait partie de ces mondes à faire sécession, vit s'opérer un schisme parmi la population Gotale. La lune commença à sombrer dans le chaos lorsque les séparatistes Gotals s'organisèrent en groupes terroristes pour tenter de s'emparer du pouvoir. Toutefois les loyalistes républicains réussirent à garder le contrôle de la lune jusqu'à la bataille de Geonosis, période à laquelle Antar 4 tomba définitivement aux mains de la Confédération. Des millions de Gotals se réfugièrent sur Atzerri, une colonie d'Antar, et furent remplacés par des peuples loyaux aux Séparatistes tels que les Koorivars ou les Gossams. Toutefois, des Gotals et des Koorivars loyalistes formèrent des groupes de résistance soutenus par la République qui envoya des conseillers tactiques et de l'approvisionnement pour soutenir le mouvement. Malgré cette aide, ils ne parvinrent pas à reprendre le contrôle d'Antar.[1]

Les atrocitésModifier

Tarkin-profile

Les forces Impériales furent menées par Wilhuff Tarkin.

La Guerre des Clones se termina par la mort du Comte Dooku et du Conseil Séparatiste. Avec la fin du conflit, le Chancelier Suprême Sheev Palpatine s'autoproclama Empereur et transforma la République Galactique en Empire Galactique, promettant une ère nouvelle où régneraient la paix, la prospérité et la sécurité pour tous les habitants de la galaxie.[1]

Durant les premiers jours de l'Empire, les forces Impériales s'attaquèrent à la pacification des anciens mondes de la Confédération afin d'étouffer définitivement tout vestige de la rébellion séparatistes. Et une nouvelle fois, Antar 4 faisait parmie de ces mondes. Le Moff Wilhuff Tarkin reçut l'ordre de l'Empereur en personne de faire un exemple avec cette lune. Si bien que Tarkin ne prit pas la peine de faire le tri entre les Séparatistes, les résistants et les agents de Renseignement de l'ancienne République encore en attente d'exfiltration.[1]

ConséquencesModifier

La Commission pour la Préservation de l'Ordre Nouveau, une agence gouvernementale de l'Empire en charge de la propagande Impériale, essaya de dissimuler les disparitions de loyalistes parmi les arrestations et les exécutions du mieux qu'elle put. Toutefois, les médias finirent par s'emparer de l'affaire et la nommèrent "les Atrocités d'Antar". L'Empire tenta encore une fois d'étouffer le scandale en faisant disparaître les personnes qui cherchaient à faire la lumière sur ces massacres mais ne parvint qu'à susciter un regain d'intérêt de la part des Mondes du Noyau. L'Empereur Palpatine finit par soustraire Tarkin de la controverse en l'envoyant mener des opérations de pacification dans les Confins Occidentaux, avant de l'envoyer dans la Bordure Extérieure pour superviser la construction de l'Étoile de la Mort.[1]

Une des plus virulents journalistes enquêtant sur les Atrocités d'Antar fut Anora Fair. Avec l'aide de Hask Taff, elles documentèrent les arrestations et les massacres opérés par l'Empire. Elles étaient assistées par Berch Teller, un ancien agent des Renseignements de la République qui leur fournit des informations. Lorsque le COMPORN le réalisa il décida de les faire disparaitre, mais Teller parvint à se soustraire, lui et les journalistes, à l'Empire avant qu'ils ne puissent être éliminés.[1]

Dans les années qui suivirent, le Général Airen Cracken, responsable des Renseignements de l'Alliance Rebelle, envoya un rapport sur ces atrocités à la chancelière Mon Mothma.[4]

En coulissesModifier

Les Atrocités d'Antar furent mentionnées pour la première fois dans le roman Canon Tarkin écrit par James Luceno.

ApparitionModifier

SourcesModifier

Notes et référencesModifier

Sauf mention contraire, le contenu de la communauté est disponible sous licence CC-BY-SA  .