FANDOM


Le cuirassé de classe Starhawk, aussi appelé Starhawk Mark Un, était un type de cuirassé en service dans la Marine de la Nouvelle République. Comme tous les vaisseaux construits sur les Chantiers navals de Nadiri, ils furent construits à partir de vaisseaux Impériaux capturés et démontés. Ils firent partie de la première classe de vaisseaux construits par la Nouvelle République par contrat militaire, après la bataille d'Endor. En 5 ap.BY, au moins trois Starhawks avaient été construits : l'Amity, le Concorde et l'Unité. L'Amity et le Concorde furent détruits durant la bataille de Jakku.

DescriptionModifier

Le cuirassé de classe Starhawk fut construit à partir de vaisseaux Impériaux désassemblés que la Nouvelle République avait capturé à la suite de la bataille d'Endor. Le cuirassé avait un front en forme de hachette. En tant que vaisseau de guerre, le Starhawk était équipé de missiles et de canons laser. L'intérieur du Starhawk avait des courbes nettes et lumineuses. Le plafond de la baie d'accostage du vaisseau de guerre était sculpté dans des bords festonnés blancs et était équipé d'un éclairage chaud et brillant. Le sol de la baie d'amarrage étaient également équipé d'éclairage.[1]

Le Starhawk était capable de combattre face à un Destroyer Stellaire de classe Impérial.[1] Le rayon tracteur du Starhawk était équipé de cristaux de magnite qui lui donnaient une puissance dix fois supérieure à celle d'un Destroyer Stellaire. Il lui permettait aussi de piéger et de déplacer un vaisseau plusieurs fois plus gros. Malgré sa puissance de feu, il était surclassé par le Super Destroyer Stellaire de classe Executor.[2]

HistoireModifier

Construction et mise en serviceModifier

Le Starhawk Mark Un fut l'un des premiers vaisseaux capitaux mis en service par la Nouvelle République, le successeur de l'Alliance Rebelle. Ils furent construits par les chantiers navals de Nadiri au plus profond du secteur Bormea pour la Marine de la Nouvelle République après la bataille d'Endor. À la suite d'un débat difficile au Sénat Galactique, la chancelière Mon Mothma rassembla suffisamment de voix pour approuver la démolition de vaisseaux Impériaux afin de construire de nouveaux vaisseaux spatiaux, droïdes et armes pour l'effort de guerre contre les Vestiges de l'Empire.[1]

Krysta Agate et le ConcordeModifier

Le premier Starhawk construit fut le Concorde, qui servait de vaisseau de commandement à la commodore Kyrsta Agate, qui avait été promue à la suite de son rôle dans la rébellion sur Akiva. Au cours d'une escarmouche près de l'Espace Sauvage en 5 av.BY, le Concorde et la frégate d'escorte Alderaanienne Tour du Soleil détruisirent le Destroyer Stellaire Faux du commandant Valent. Le Concorde prit ensuite part à la capture des Chantiers navals de Kuat.[1]

Bataille de JakkuModifier

Pendant la bataille de Jakku, les Starhawk Concorde, Amity et Unité servirent de pivot à l'attaque de la flotte de la Nouvelle République sur les vaisseaux Impériaux massés au dessus de Jakku. L'Amity fut détruit lorsque qu'un Destroyer Stellaire le percuta. Cependant, cela créa un vide dans la formation Impériale qui permit à la commodore Agate de positionner son Starhawk et d'attaquer le Super Destroyer Stellaire Ravageur. Bien qu'étant handicapé face au Ravageur, Agate réussi à utiliser les puissants rayons tracteurs du Concorde pour faire descendre le vaisseau de commandement Impérial vers la surface de Jakku et le détruire. Bien qu'Agate et son vaisseau furent détruits, ses actions contribuèrent à inverser le cours de la bataille en faveur de la Nouvelle République.[2]

Espoir de Leia OrganaModifier

En 34 ap.BY, alors que les transporteurs orbitaux U-55 étaient détruits par le Supremacy après leur évacuation du Raddus, la générale Leia Organa de la Résistance tenta d'imaginer un miracle dans lequel l'Escouade Inferno[3] reviendrait de sa mission pour trouver les alliés de la Résistance dans les Territoires de la Bordure Extérieure[4] avec un groupe de cuirassés Starhawk.[3]

ApparitionsModifier

SourceModifier

Notes et référencesModifier

Sauf mention contraire, le contenu de la communauté est disponible sous licence CC-BY-SA  .