FANDOM


Le laboratoire de recherches biotiques Morseerien était un complexe scientifique situé sur la planète Merj et qui employait des scientifiques Morseeriens comme Nan Pakota ou Urshe Torr pour le compte de la Confédération des Systèmes Indépendants.

HistoireModifier

Durant la Guerre des Clones, les scientifiques du laboratoire produisaient un agent de guerre bactériologique visant à infecter les soldats clones de la République Galactique. Néanmoins, la République avait appris l'existence de ce laboratoire et le Lieutenant-commandant Orson Callan Krennic du Groupe des armes avancées planifia une opération visant à capturer plusieurs des scientifiques du complexe. Lui et six agents des Opérations spéciales des Renseignements de la République s'infiltrèrent sur Merj en se faisant passer pour l'équipage du contrebandier Dresselien Has Obitt, qui effectuait de nombreuses livraisons sur la planète.[1]

Les républicains parvinrent à s'infiltrer jusqu'au laboratoire et à capturer trois scientifiques Morseeriens en les enfermant dans des containers. Cependant, alors qu'ils regagnaient le spatioport de Merj où se trouvait leur vaisseau, le Bonnes Nouvelles, des agents de douanes voulurent contrôler les containers. Les républicains engagèrent le combat. Ils parvinrent à regagner leur vaisseau tout en éliminant neuf douaniers mais l'un des otages fut tué dans la fusillade. Les deux otages survivants, Nan Pakota et Urshe Torr, furent par la suite échangés contre le scientifique Galen Walton Erso et sa famille qui étaient retenus prisonniers sur Vallt.[1]

En coulissesModifier

Le laboratoire est apparu pour la première fois dans le roman Catalyseur : A Rogue One Novel de James Luceno sorti le 15 novembre 2016

ApparitionModifier

Notes et référencesModifier

* DIVULGATION : Certains des liens ci-dessus sont des liens d'affiliation, ce qui signifie que, sans frais supplémentaires pour vous, Fandom percevra une commission si vous cliquez et effectuez un achat.Sauf mention contraire, le contenu de la communauté est disponible sous licence CC-BY-SA .