FANDOM


Nils Tenant était un humain qui servit comme contre-amiral dans les forces navales de la République Galactique pendant la Guerre des Clones. Lorsque le conflit prit fin et que le Chancelier Suprême Palpatine s'auto-proclama Empereur, Tenant continua de servir dans la marine en tant qu'amiral. Grâce à l'influence de son ami le Grand Moff Wilhuff Tarkin, il devint un membre des Chefs d'État-Major des forces militaires Impériales environ cinq ans après la proclamation du Nouvel Ordre.

BiographieModifier

Au cours de sa jeunesse, Nils Tenant fit ses classes à l'Académie Spatiale du Secteur de Sullust où il se lia d'amitié avec Wilhuff Tarkin, un Eriaduan.[2] Nils rejoignit ensuite les forces navales de la République Galactique. En tant qu'officier naval, il participa à la Guerre des Clones, un conflit qui dura trois ans et qui opposa la République à la Confédération des Systèmes Indépendants.[1]

Au cours de la guerre, Nils Tenant fut promu au grade de contre-amiral et fut placé au commandement d'un Destroyer Stellaire de classe Venator. Alors qu'il patrouillait dans le système Chrelythiumn, loin dans la Bordure Extérieure, Tenant et son équipage interceptèrent une étrange transmission. Lorsqu'il fut découvert que le message contenait un code de détresse émit par l'Ordre Jedi quelques deux milles années plus tôt, Nils Tenant transmit le message aux Jedi. Le Conseil Jedi envoya une équipe enquêter sur la source du signal.[1]

Lors que la Guerre des Clones prit fin, le Chancelier Suprême Palpatine s'auto-proclama Empereur et abolit la République Galactique au profit d'un Empire tout puissant. Nils Tenant continua de servir au sein de la marine et rejoignit les forces navales Impériales. Promu au grade d'amiral, il mena pendant plusieurs années des opérations de pacification à travers la galaxie. Environ cinq ans après l'avènement de l'Empire, Tenant fut convoqué sur Coruscant alors qu'une réunion des Chefs d'État-Major devait avoir lieu. Ce fut l'occasion pour lui de retrouver son vieil ami Tarkin à qui il demanda de glisser un mot en sa faveur auprès de l'Empereur. Ces retrouvailles lui permirent de rejoindre l'État-Major par la suite.[2]

ApparitionsModifier

SourcesModifier

Notes et référencesModifier