Star Wars Wiki
Advertisement
Star Wars Wiki
Cliquer ici pour voir la version Canon de ce sujet.  Cet article couvre la version Légendes de ce sujet. 
Pour les autres utilisations, voir République (homonymie).

La Nouvelle République, (4 ap.BY28 ap.BY) était le nom donné au gouvernement galactique formé par l'Alliance Rebelle après la bataille d'Endor afin de remplacer l'Empire Galactique. Comme son prédécesseur, le régime était fréquemment appelé la République, et était moins souvent désigné comme la Nouvelle République Galactique ou la Deuxième République Galactique.

Constituée quatre ans après la bataille de Yavin et à la suite de la dissolution de l'ancienne Alliance des Planètes Libres, qui fut mise en place directement après la bataille d'Endor comme gouvernement provisoire, la Nouvelle République devait devenir l'autorité gouvernementale suprême de la galaxie. La « Nouvelle » République était censée être une sorte de perpétuation de la République Galactique d'origine, qui commença alors à être désignée par beaucoup comme l'Ancienne République.

La Nouvelle République fut fondée sur le même principe qu'était la République Galactique des milliers de générations plus tôt : présenter une structure parlementaire représentative pour diriger la galaxie de manière juste et équitable. Sa conception prévoyait d'éliminer les failles qui avaient provoqué la chute de la République Galactique. La Nouvelle République était protégée par le Nouvel Ordre Jedi de Luke Skywalker, comme l'Ancienne République était autrefois défendue par l'Ancien Ordre Jedi.

En raison de la restauration de la République Galactique, l'Empire appelait parfois la Nouvelle République l'Ancien Ordre, par opposition au Nouvel Ordre impérial.

Histoire[]

Origines[]

La victoire cruciale des rebelles à Endor et la mise en déroute des forces impériales permettra ensuite l'implantation de la Nouvelle République.

Après plusieurs décennies passées dans la terreur et durant lesquelles elle avait été plongée dans le chaos et la servitude par l'obéissance forcée sous le règne de l'Empereur Palpatine qui instaura l'Empire Galactique, la galaxie put à nouveau espérer toucher à la liberté. Après la prise d'importance et le triomphe du mouvement rebelle, malgré de nombreuses confrontations, vint l'heure de l'ultime bataille autour de la Lune Forestière d'Endor. La trop grande confiance de l'Empereur avait effectivement permis aux rebelles d'accéder aux plans et à la localisation d'une deuxième station spatiale de combat pour que ces derniers tombent dans un piège.

Avec cette manœuvre, Palpatine espérait pouvoir enfin en finir avec ce petit mouvement de rébellion qui venait saper à lui tout seul l'autorité et l'image impériale. Cependant, la victoire fut remportée par les rebelles lorsqu'ils détruisirent la Seconde Étoile de la Mort, tuant également l'Empereur qui s'y trouvait à ce moment précis. La galaxie put enfin se dire que l'Empire serait balayé à tout jamais et que la paix et la prospérité triompheraient. Mon Mothma, dirigeante et co-fondatrice de l'Alliance Rebelle, décida qu'il était temps de créer un nouveau gouvernement opposé aux idéaux impériaux et qui serait capable de régir la galaxie afin que la paix puisse perdurer, comme l'avait fait la République Galactique des années auparavant.

Premiers engagements[]

Une Nouvelle République[]

Après la bataille d'Endor, de nombreuses célébrations ont lieu à travers la galaxie ; une nouvelle ère s'apprête à commencer.

Après la victoire d'Endor, l'Alliance pour la Restauration de la République se transforma en prenant le nom d'Alliance des Planètes Libres comme gouvernement provisoire jusqu'à ce que les derniers détails de l'organisation du futur gouvernement fussent affinés et clairement édictés. Cette proclamation survint en même temps que la crise sur Bakura et, après la victoire sur le peuple Ssi-ruuk, la popularité de l'Alliance des Planètes Libres en fut considérablement renforcée. Ce nom d'Alliance fut vite remplacé par le nom de Nouvelle République après que Mon Mothma eut publié et ratifié la déclaration officielle de création de ce gouvernement. Toutefois, cette déclaration n'aurait pu être comptée comme valide si Mon Mothma l'avait signée seule. Elle demanda à Leia Organa, Borsk Fey'lya et l'Amiral Gial Ackbar, ainsi qu'à d'autres représentants officiels de différentes planètes comme Kashyyyk, Corellia, Sullust et Elom de ratifier la déclaration fondatrice de la Nouvelle République.

Ainsi, la déclaration put prendre toute sa valeur officielle et les huit personnes l'ayant ratifiée devinrent les membres du Conseil Provisoire de la Nouvelle République, dont Mothma fut élue la Présidente. Toutefois, la Nouvelle République était encore trop faible pour se permettre des incursions poussées sur le territoire de l'Empire et, de ce fait, Mon Mothma, ainsi que les autres dirigeants, décidèrent de ne pas poursuivre les attaques, préférant consolider leur assise pour ne pas que tout s'écroule ultérieurement. Pour autant, cela n'empêcha pas le développement de la Nouvelle République, car l'effet inverse se produisit. L'annonce de la mort de l'Empereur entraîna un courant de sympathie très fort pour le nouveau gouvernement et des dizaines de planètes se rangèrent sous l'étendard républicain. Ce mouvement de trahison mit l'Empire, déjà vacillant, encore plus à mal. Des dizaines d'officiers supérieurs décidèrent de créer leur propre vestige avec les restes de l'Empire. Ce fut le cas du Grand Moff Ardus Kaine et des amiraux Harrsk, Gaen Drommel et Zsinj. Ces derniers ne voulurent pas se rallier à Gilad Pellaeon qui ordonnait la retraite.

La Nouvelle République ne se doutait pas que l'esprit de l'Empereur avait pu se rematérialiser et entreprendre un long voyage vers le Noyau Profond, plus exactement sur la planète Byss, où l'attendait un clone de lui-même issu de son propre corps. Néanmoins, il y avait plus dangereux à ce moment que l'Empereur, à travers la Nébuleuse Noire, l'organisation criminelle qui succéda au Soleil Noir. Sous la direction de Dequc, un ancien officier du Soleil Noir, la Nébuleuse Noire prit de plus en plus d'importance, créant des liens entre les anciens membres du Soleil Noir afin que l'organisation criminelle survive, même après la mort de son premier dirigeant. Dequc fut malheureusement tué par Mara Jade, la Main de l'Empereur, après une première tentative de meurtre de sa part. Privée de son chef, la Nébuleuse Noire se disloqua aussi vite que l'avait fait le Soleil Noir lors de la mort de Xizor, mais l'organisation criminelle n'était pas pour autant morte.

La nièce de Xizor, Savan, tenta de réassembler les morceaux constituant le Soleil Noir, mais dut pour cela se lancer à la recherche du plus efficace agent de son oncle, Guri, un droïde réplique humaine. Elle retrouva sa trace sur la lune de Hurd, là où Guri reformatait sa mémoire afin d'oublier tous les affreux meurtres qu'elle avait commis. Toutefois, la Conseillère Leia Organa, les Généraux Han Solo et Lando Calrissian étaient eux aussi sur la lune afin d'empêcher l'émergence d'un nouvel empire criminel. Toutefois, les représentants de la Nouvelle République n'eurent pas à intervenir pour éliminer Savan, car Guri, qui venait de se faire attaquer par cette dernière, la tua, détruisant ainsi le dernier maillon qui pouvait relier entre eux les vestiges du Soleil Noir, préservant ainsi la galaxie et la Nouvelle République d'une menace importante durant cette période trouble de l'histoire galactique.

Avancée sur les Mondes du Noyau[]

Les troupes de la Nouvelle République libèrent Coruscant.

Après la défection des deniers vestiges du Soleil Noir, une nouvelle menace se profila pour le fragile gouvernement qui venait d'être créé, Ysanne Isard. Cette menace fut découverte lors de l'attaque de la part de la Nouvelle République sur la planète Brentaal IV, non loin de la planète natale de Mon Mothma, Chandrila. L'Amiral Isoto, un officier peu compétent de la Marine Impériale, avait été placé en garnison autour de Brentaal IV et avait reçu l'ordre de Sate Pestage, le Grand Vizir de Palpatine, de tenir la planète coûte que coûte. Cependant, il en perdit le contrôle après l'attaque d'un détachement de la flotte républicaine, et ce malgré la résistance du Baron Soontir Fel et de son célèbre escadron Saber. Sachant parfaitement qu'il était responsable de la perte de la planète par sa décision de nommer Isoto défenseur de Brentaal IV, Pestage tenta de sauver sa vie. Il rencontra la Conseillère Leia Organa sur Axxila et lui demanda de lui permettre de fuir Coruscant, sans se faire détruire par les vaisseaux républicains.

En échange, la Nouvelle République acquerrait vingt-cinq nouvelles planètes, qui étaient directement sous les ordres de Pestage. Leia accepta, mais l'entretien avait été découvert et Isard en fut informée. Elle en informa le Conseil Impérial et celui-ci ordonna l'arrestation de Pestage. Ce dernier s'enfuit pour Ciutric, mais fut tout de même arrêté par le gouverneur en titre de cette partie de la galaxie. Ce fut alors que la Nouvelle République prit une grave décision : libérer Pestage afin de montrer au reste des officiers supérieurs que la fuite était un moyen aussi bon qu'un autre pour sauver sa vie, mais aussi pour montrer que la Nouvelle République n'était pas intransigeante au point de laisser des hommes se faire tuer, mêmes s'ils étaient impériaux. L'escadron Rogue fut alors envoyé sur place pour sauver Pestage, mais la mission fut un échec, car Pestage périt de la main de l'Amiral Krennel. Heureuse de l'échec de la mission de la Nouvelle République, Isard en profita pour assassiner tous les membres du Conseil Impérial et asseoir d'avantage son autorité sur les territoires, encore vastes, que possédait l'Empire. Conscient de la puissance d'Isard, le Conseil ordonna la mise en place d'une campagne militaire très agressive afin de préparer le terrain à la conquête de Coruscant et d'affaiblir les positions d'Isard.

Isard réagit très vite et ordonna à la majorité des flottes dispersées à travers la galaxie de revenir en orbite de Coruscant afin de défendre la planète. Les capitaines de vaisseaux répondirent favorablement et arrivèrent en orbite de Coruscant. Comme la Nouvelle République avait besoin de renseignements sur la capitale impériale, qui symbolisait la prépondérance de la terreur sur la paix dans la galaxie, et que la conquête de cette dernière montrerait la puissance du nouveau gouvernement, l'état major de la flotte républicaine décida de le déploiement sur Coruscant d'espions. Tycho Celchu en fit partie et vola à bord d'un chasseur TIE vers Coruscant afin d'en apprendre plus sur les infrastructures en place. Malheureusement pour la Nouvelle République, il fut démasqué et emprisonné à bord du Lusankya, un Super Destroyer Stellaire caché sous la surface de la planète-cité. Toutefois, il put finalement s'évader, mais l'accueil qu'on lui réserva fut très austère, car beaucoup pensaient qu'Isard avait facilité son évasion et que Tycho travaillait en réalité pour elle en tant qu'espion dans les rangs des officiers de la Nouvelle République.

La fin de la bataille contre l'Empire n'était pas encore possible à discerner et ces rumeurs perdirent vite en consistance, du moins temporairement, devant l'urgence de la situation. Une grande partie de la galaxie restait sous la juridiction de l'Empire, ou tout du moins, de seigneurs de guerre ayant autrefois fait partie de l'Empire. L'état major de la Nouvelle République décida de poursuivre les opérations en cours aussi longtemps que l'Empire semblerait assez faible pour ne pas y opposer une trop grande résistance. La cible fut la planète Milagro qui se trouvait à la jonction de plusieurs routes hyperspatiales et qui était d'une importance vitale pour couper la route à la flotte impériale, mais aussi pour permettre à la flotte de disposer d'un avant-poste sûr et qui pouvait servir de tremplin à une expansion plus poussée. Cependant, l'état major n'avait pas prévu que la bataille s'éterniserait, car le commandement impérial se doutait que la cible de la flotte républicaine serait cette planète et par conséquent, il avait décidé d'y amasser de puissantes troupes pour contrer une attaque. Ce ne fut qu'après trois mois d'intenses combats entre les chasseurs républicains et leurs homologues impériaux, ainsi que les soldats de la Nouvelle République face aux Transports Blindés Tout Terrain impériaux, que la Nouvelle République réussit à repousser la flotte impériale et à prendre le contrôle du système.

Ce n'est qu'un peu plus tard qu'un Destroyer Stellaire impérial sortit de l'hyperespace dans le système Milagro pour y effectuer des réparations. Surpris de voir une flotte rebelle à cette endroit, le capitaine du Destroyer reprit vite l'initiative et déclencha les hostilités avec le croiseur Dreadnought Nouvel Espoir amené en orbite de Milagro pour servir de base avancée. Le Général Han Solo lança ses chasseurs contre le croiseur pendant que Mon Mothma, sur le pont du Nouvel Espoir, tentait de coordonner la bataille. Ce ne fut que grâce à l'intervention de Luke Skywalker que la balance pencha en faveur de la Nouvelle République et que le Destroyer put être arraisonné. Ce dernier fut rebaptisé Crynyd en hommage au pilote d'A-Wing RZ-1 qui s'était sacrifié et avait percuté l'Executor durant la bataille d'Endor, permettant ainsi de mettre hors course le plus puissant Destroyer présent lors de cette bataille. Beaucoup d'officiers républicains se demandèrent pourquoi l'avancée vers les Mondes du Noyau avait été si aisée et pourquoi la réaction impériale avait été si fragile.

Un répis de courte durée[]

Légitimité[]

De même, l'état major s'était lui aussi demandé pourquoi aucun des Grands Amiraux au service de l'Empire n'avait réagi. Les services de renseignements trouvèrent rapidement l'explication : beaucoup de Grands Amiraux avaient trouvé la mort lors de la destruction de l'Étoile de la Mort, car Palpatine avait décidé de les garder à bord pour leur montrer comment il pouvait mater si facilement un groupe de rebelles. Ce fut une très grande erreur, car la flotte se vit privée de ses plus brillants officiers. D'autres Grands Amiraux se levèrent tout de même contre l'avancée de la Nouvelle République, comme Peccati Syn qui fut défait lors de la libération de Kashyyyk par l'Amiral Ackbar lorsque son vaisseau s'embrasa au-dessus du monde natal des Wookiees. Les Grands Amiraux Josef Grunger et Danetta Pitta, devenus seigneurs de guerre se détruisirent l'un l'autre. Le Grand Amiral Ishin-Il-Raz se suicida en plongeant son vaisseau au cœur de l'étoile Denarii. Le Grand Amiral Octavian Grant fut lui aussi défait par la Nouvelle République, mais il s'assura cependant auprès des autorités de la Nouvelle République de ne pas être poursuivi pour crime de guerre et obtint l'immunité. Toute la Nouvelle République pensa à ce moment que la menace des Grands Amiraux était anéantie et que la flotte n'aurait plus à se battre contre ses officiers supérieurs, experts des tactiques militaires.

Personne ne se doutait à ce moment que le Grand Amiral Mitth'raw'nuruodo préparait son retour au fond des Régions Inconnues et qu'il serait l'adversaire le plus tenace auquel la Nouvelle République eut à faire face. Fatigués de voir que la guerre ne se finissait pas, les officiers supérieurs du commandement néo-républicain décidèrent de porter un grand coup à l'Empire en capturant le symbole de son pouvoir, Coruscant. Commença alors une vaste campagne de capture de planètes proches du monde-capitale. Pour supporter cet effort de guerre, Wedge Antilles fut rappelé et reprit de l'actif. Il reforma l'escadron Rogue et se lança, aux côtés de la flotte, à l'attaque de Borleias, planète des Colonies. Ce ne fut qu'après deux attaques que la planète tomba, donnant ainsi à la Nouvelle République une base stratégique pour préparer l'assaut contre Coruscant. Toutefois, l'Amiral Ackbar, dépêché sur place, savait que tant que les boucliers planétaires de Coruscant ne seraient pas coupés, aucune attaque ne pourrait être lancée.

Ce fut pour cette raison qu'il envoya sur la planète Antilles et son escadron afin qu'ils détruisent les générateurs de boucliers. Pour couvrir ce petit groupe d'intervention et malgré de vives protestations au sein du Conseil de la Nouvelle République, seize prisonniers provenant des mines d'épice de Kessel furent lâchés sur la planète afin d'y semer le chaos, pour ainsi faire en sorte que les autorités impériales eussent plus à faire en tentant de capturer ces criminels plutôt que de rechercher un groupe de saboteurs néo-républicains. Très vite, il apparut aux membres du commando de sabotage que si un gigantesque orage était créé au-dessus de la capitale, les décharges électriques dues aux éclairs feraient surcharger les générateurs et les rendraient finalement inopérants. Pour ce faire, l'équipe reprogramma un droïde de construction qui se lança à l'assaut d'un bâtiment, qu'il rasa par ailleurs, qui commandait les panneaux solaires en orbite de la planète. Sa mission fut un succès et l'escadron prit le contrôle d'un miroir solaire et le pointa vers les réservoirs en eau potable de la cité impériale.

Les nuages remplirent rapidement le ciel et un orage se déclencha, entraînant la coupure des générateurs de boucliers. Dès que les boucliers tombèrent, Ackbar lança la flotte sur la planète. Une bataille intense fit rage au-dessus de la capitale, mais la flotte républicaine parvint à détruire les défenses impériales et put prendre le contrôle de la planète. Toutefois, la bataille ne fut pas un triomphe total, car Isard parvint à s'enfuir grâce à son Super Destroyer Stellaire Lusankya, récupérant par la même occasion Erisi Dlarit, l'espionne infiltrée par ses soins dans l'armée républicaine. De plus, cette victoire n'était que temporaire, car très vite, les autorités découvrirent que les réserves d'eau de la planète avaient été empoisonnées par un nouveau virus, mis au point par les scientifiques d'Isard, ce virus ayant pour nom de code Krytos. Ce virus était encore plus sournois que celle à qui il devait son existence. En effet, il ne se contractait que chez les espèces non-humaines et bientôt, des millions d'habitants sur la planète furent atteints par ce mal. Les dissensions commencèrent à apparaître entre les humains et les non-humains, car ces derniers étaient atteints alors que les humains ne souffraient d'aucun trouble.

Ce problème assombrit considérablement la victoire de la Nouvelle République qui croyait avoir assené un coup très violent à l'Empire, alors que dans les faits, c'était l'inverse. Cette contamination obligea Mon Mothma à dépenser des millions de crédits pour acheter du bacta et entamer une cure sur tous les êtres infectés. Un autre événement fit trembler la Nouvelle République, le procès de Tycho Celchu. Ce dernier se vit accuser de haute trahison et du meurtre de son ami Corran Horn. On prétendait qu'il était un agent double à la solde d'Isard. Cependant, la vérité éclata très vite : on apprit d'abord que Celchu n'était pas coupable de haute trahison, mais surtout que Corran Horn était vivant. En effet, il avait été capturé par Isard, incarcéré dans le Lusankya et forcé à subir de constantes tortures. Il avait résisté à son endoctrinement grâce à ses multiples conversations avec d'autres prisonniers dont faisait partie Jan Dodonna, capturé lors de l'évacuation de Yavin 4 après la destruction de la première Étoile Noire.

Horn parvint à s'enfuir des griffes d'Isard et à rejoindre les forces de la Nouvelle République. Après que Celchu fut relaxé de ses motifs d'accusation, les scientifiques de la Nouvelle République réussirent à développer un traitement contre le virus Krytos, permettant ainsi à la Nouvelle République de se consolider en exhibant fièrement son triomphe sur l'Empire par la prise de Coruscant, mais aussi sur Isard, dont les machinations pour affaiblir la Nouvelle République avaient été déjouées. Pour que la victoire sur Isard fût totale, il aurait fallu que cette dernière fût morte. Malheureusement, elle se fit élire en tant que gouverneur de Thyferra, la planète productrice de bacta. La Nouvelle République ne put agir directement, car ce n'était pas dans ses principes de limoger un représentant planétaire. Déçus de l'attitude de la Nouvelle République, Wedge Antilles et son escadron démissionnèrent de l'armée et se lancèrent dans une vaste opération de harcèlement contre les forces d'Isard et ses convois.

Wedge et ses hommes firent un excellent travail, car il détruisirent la moitié des forces de défense de la planète et forcèrent Isard à envoyer le Capitaine Lakwii Varrscha pour attaquer la station de Yag'Dhul, privant ainsi Thyferra de ses défenses. Le groupe d'insurgés se lança à l'attaque de la planète alors que, pendant ce temps, Varrscha se voyait contraint de battre en retraite devant la puissance de feu de la station, laissant derrière elle les derniers défenseurs de la planète. Une fois sortie de l'hyperespace, Varrscha se lança dans la bataille pour la défense de Thyferra, mais son vaisseau fut trop gravement endommagé et il tomba entre les mains de la Nouvelle République. Quant à Isard, restée sur Thyferra, elle parvint à s'enfuir en faisant croire à sa mort lors de l'explosion de sa navette. Les combattants de Thyferra furent accueillis en héros de retour à Coruscant.

Résurgence de l'Empire[]

Comme l'avait prédit le commandement républicain, la prise de Coruscant entama la dislocation des restes de l'Empire, car les officiers supérieurs impériaux voulurent tirer leur épingle du jeu et ne firent que de se combattre les uns les autres pour des possessions, évitant à la Nouvelle République de se battre contre eux et de les détruire puisqu'ils le faisaient d'eux mêmes. Une nouvelle menace survint et affaiblit la Nouvelle République : le seigneur de guerre Zsinj, qui possédait à lui seul un Super Destroyer Stellaire, le Poing d'Acier, capable d'engager et de vaincre une flotte sans autre secours. Cette menace devint la priorité de l'Etat Major et une force de combat dirigé par Han Solo fut dépêchée pour endiguer la progression de Zsinj. Antilles, ne voulant pas se battre directement contre Zsinj, créa l'escadron Spectre, composé pour la plupart de tireurs d'élites, d'espions et de soldats appartenant aux commandos. Avec ce groupe, il infiltra la flotte du Seigneur de Guerre et échafauda une embuscade au-dessus de la planète Ession.

Cette bataille, même si Zsinj n'y participa pas, fut une grande victoire pour la Nouvelle République, car elle priva Zsinj d'un de ses Destroyers, l'Implacable, commandé par l'Amiral Trigit, qui fut tué au cours de cette bataille, mais aussi détruisit une place industrielle vitale pour lui. Pour se venger, les scientifiques de Zsinj développèrent une méthode pour corrompre les esprits des non-humains et les faire accomplir d'horribles meurtres, qu'eux mêmes n'auraient jamais imaginé. Ainsi, le garde du corps Gotal de Mon Mothma tenta de la tuer, mais fut éliminé juste avant qu'il ne parvienne à blesser gravement la Cheffe d'État. De même, un Twi'lek tenta de tuer Ackbar, mais fut lui aussi éliminé auparavant. Enfin, un pilote de A-Wing détruisit un pont entier du Mon Remonda, le vaisseau amiral de la force d'intervention contre Zsinj, manquant de peu de tuer Solo à cause de la décompression subite de la passerelle. Zsinj savait que s'il arrivait à faire croire à la Nouvelle République que son Super Destroyer avait été détruit, cette dernière penserait qu'il avait péri avec.

Ainsi, il essaya de voler le Fil du Rasoir, en construction dans les Chantiers Navals de Kuat, mais la Nouvelle République tenta à son tour de l'en empêcher en endommageant gravement ce dernier. Toutefois, cela ne le dérangeait pas et il s'enfuit avec le Super Destroyer endommagé, dont il se servit lors de la bataille de Selaggis pour faire croire à Han Solo que son propre vaisseau venait d'être détruit par la flotte de la Nouvelle République. Le général décida de revenir sur Coruscant pour fêter la mort de Zsinj. Son triomphe fut toutefois de courte durée, car on découvrit bientôt Zsinj en orbite autour de Dathomir. Le Prince Isolder décida alors de joindre à la flotte de la Nouvelle République sa propre flotte afin de détruire Zsinj et son Manteau de nuit orbital. Durant la bataille, Han Solo parvint, grâce à ses talents de pilote, à s'approcher assez de la passerelle de commandement du Poing d'Acier pour y expédier deux missiles qui ravagèrent la passerelle, tuant par la même occasion le seigneur de guerre. La Nouvelle République put enfin dire que la menace de Zsinj était définitivement anéantie.

Tout en combattant les seigneurs de guerre, la Nouvelle République eut la possibilité d'affaiblir l'Empire, déjà moribond depuis plusieurs années. La situation dans les restes impériaux était catastrophique : les Moffs devaient combattre contre la flotte de la Nouvelle République et, en même temps, maintenir un semblant d'autorité et de cohésion au sein de leur propre territoire, car de plus en plus d'officiers impériaux voyaient plus leur avantage en proclamant un territoire leur, que de suivre les directives d'un commandement qui n'avait plus la puissance pour combattre efficacement l'ennemi républicain. Des experts républicains en matière de géopolitique avancèrent même l'idée que l'Empire courait à sa fin et que la galaxie n'entendrait bientôt plus parler de l'Ordre Nouveau et des horreurs qui en découlaient.

Une menace impériale croissante[]

Campagne du Grand Amiral Thrawn[]

Ces experts se trompaient, car ils ne savaient pas, ni les Impériaux d'ailleurs, qu'un homme pouvait encore sauver la situation et mettre en péril la Nouvelle République. Cet homme était Thrawn, le dernier Grand Amiral de la flotte impériale, revenu des profondeurs des Régions Inconnues après avoir été contraint à l'exil. Durant les six premiers mois de son retour, Thrawn réorganisa l'ensemble de la flotte Impériale à bord de son Destroyer Stellaire personnel, le Chimaera. Il nomma Pellaeon, alors capitaine, comme second à bord du Chimaera et entama un nombre restreint de raids contre les places républicaines le long de la frontière entre Empire et Nouvelle République. Il savait que ces raids n'étaient pas suffisants pour inquiéter la Nouvelle République, mais voyait que l'Empire avait besoin d'un nouveau souffle d'espoir. Ce souffle, il ne pouvait le trouver que dans une campagne, même minime, réussie contre la Nouvelle République. Ce fut l'effet produit : les Moffs, les gouverneurs et les hautgradés de la flotte furent impressionnés et, peu à peu, Thrawn prit les commandes de l'Empire. Après un raid sur la bibliothèque d'Obroa-skai, Thrawn se rendit sur Wayland pour prendre possession d'un entrepôt de l'Empereur.

Sur la planète, il découvrit trois artefacts qui allaient lui servir durant sa bataille contre la Nouvelle République. Le premier fut une technologie, appelée manteau-bouclier, capable de rendre un vaisseau invisible. Le second fut une concentration de cylindres de clonage Spaarti ayant appartenus à l'Empereur. Le troisième fut le Jedi fou Joruus C'baoth, clone du vrai Jedi Jorus C'baoth. Thrawn passa un accord avec Joruus en lui promettant Luke Skywalker en échange de son aide pour coordonner sa flotte et ce dernier accepta. Thrawn essaya de voler des vaisseaux à la Nouvelle République, car la flotte impériale restait diminuée. Pour ce faire, il vola douze taupes minières appartenant à Calrissian, sur la planète Nkllon et les lança contre les chantiers navals de Sluis Van. L'objectif était de perforer la coque des vaisseaux et d'en prendre le contrôle. Cependant, Calrissian se trouvait dans le complexe lors de l'attaque et reprogramma durant la bataille ses taupes pour qu'elles se détruisent mutuellement. Il y parvint et Thrawn dut s'enfuir sans avoir pu prendre le contrôle d'un quelconque vaisseau d'importance.

Toutefois, les dégâts étaient sérieux pour la Nouvelle République, car nombre de ses vaisseaux avaient été gravement endommagés par les taupes et beaucoup durent quitter le service actif pour se faire réparer. La Nouvelle République ne devait pas seulement se méfier de l'Empire, mais aussi des Noghri, qui tentèrent par trois fois d'enlever la Haute Conseillère Leia Organa Solo. Ils n'y parvinrent pas et ce fut plutôt Leia qui tira parti d'un des Noghri ayant appartenu au commando. En effet, elle savait que ce Noghri pouvait servir d'ambassadeur sur Honoghr et que le contact avec les autochtones pouvait en être facilité. Leia décida donc de se rendre sur Honoghr et vit avec stupeur que la planète avait été contaminée par un vaisseau s'étant écrasé des années auparavant et que les Noghri, asservis par l'Empire en échange de nourriture, luttaient pour survivre. Une enquête minutieuse mit au jour que l'Empire, contrairement à sa promesse, ne restaurait pas l'écosystème d'Honoghr, mais continuait à la polluer. Apprenant cela, mais aussi parce que Leia était la fille de Dark Vador, leur libérateur, les Noghri se mirent au service de la Conseillère et toutes les actions à l'encontre de la Nouvelle République furent stoppées.

Grâce à Leia, la Nouvelle République venait de s'allier avec un peuple puissant qui la servirait bien. Jusqu'alors, la Nouvelle République ne s'était méfiée que dans une certaine mesure de la montée au pouvoir de Thrawn, car ce dernier ne possédait qu'une flotte réduite. Lorsque que le Haut Conseil apprit que la flotte Katana, une marine perdue depuis la Guerre des Clones, avait été retrouvée et que peut-être l'Empire avait déjà mis la main sur ses coordonnées, un mouvement de panique s'amplifia au sein des hautes instances de la Nouvelle République. Le détenteur de l'information, Talon Karrde, fut libéré par Skywalker et Solo des prisons de l'Empire, mais il leur expliqua que Thrawn savait déjà où était la flotte. S'engagea alors une course vers le point où avait été repérés les cuirassés. Solo et Skywalker arrivèrent les premiers avec une force d'intervention et embarquèrent à bord d'un des cuirassés. Les Impériaux ne furent pas longs à réagir, peu de temps après l'arrivée de la flotte, les forces de Thrawn sortirent de l'hyperespace et engagèrent le combat.

Malgré l'aide inopinée de Garm Bel Iblis et des contrebandiers de Karrde, la Nouvelle République n'arriva pas à prendre l'avantage, jusqu'au moment où l'un des cuirassés, commandé à distance par Han Solo, heurta le Destroyer Stellaire Peremptory, retournant l'avantage en faveur de la Nouvelle République. Sa victoire fut courte, car on apprit que beaucoup de cuirassés avaient déjà été enlevés par l'Empire, mais aussi que l'Empire disposait de clones, puisque les corps des Stormtroopers retrouvés sur le champs de bataille étaient les mêmes. La localisation de l'entrepôt de l'Empereur par la Nouvelle République ne fut pas longue grâce à la contrebandière et ancienne Main de l'Empereur, Mara Jade. Celle-ci fournit à la Nouvelle République les coordonnées de l'entrepôt et une équipe composée de Chewbacca, Lando, Han et Luke, ainsi que de C-3PO et R2-D2, fut envoyée sur place. Ils trouvèrent le bâtiment et, après que Luke et Mara eurent tué Joruus et le clone de Luke, Chewbacca et Lando sabotèrent les circuits d'énergie, faisant exploser le site sur lequel se trouvait l'entrepôt.

Ainsi, beaucoup de souvenirs de l'Empereur disparurent avec l'entrepôt, mais la mission avait été remplie : Thrawn n'aurait plus accès à ce lieu et ne pourrait plus s'en servir pour faire du mal à la Nouvelle République. Thrawn n'avait pour autant pas dit son deernier mot : il équipa une douzaine d'astéroïdes de ce fameux manteau-bouclier et les lança en orbite autour de Coruscant, obligeant ainsi les défenses de la capitale à rester perpétuellement en alerte et à conserver les boucliers planétaires levés pour éviter qu'un des astéroïdes ne tombe sur la planète. De ce fait, la capitale fut privée de toute aide extérieure et peu à peu, la situation devint de plus en plus grave, car les ressources en eau potable et en nourriture s'amenuisèrent. Toutefois, grâce aux informations délivrées par Talon Karrde, le commandement néo-républicain sut combien d'astéroïdes avaient été lancés et put les détruire les uns après les autres, au hasard d'un tir fortuit. Le siège de Coruscant était terminé et la flotte put se lancer une attaque contre Thrawn.

Cette bataille se déroula en orbite de Bilbringi. La flotte républicaine encercla les Impériaux et tous les vaisseaux républicains ouvrirent le feu sur les chantiers navals de la planète, qui étaient la cible prioritaire de la flotte. Néanmoins, la bataille ne se déroula pas comme l'avait prévu Ackbar : les Impériaux firent irruption à l'arrière de la flotte républicaine, la forçant ainsi à se battre sur deux fronts. Le moral des troupes devint de pire en pire, car chacun savait ce dont Thrawn était capable en matière de tactique et une telle embuscade ne pouvait être que son œuvre. Toutefois, la Nouvelle République remporta la victoire grâce à l'intervention du Noghri Rukh, qui avait appris que l'Empire continuait à polluer sa planète et qui avait décidé de mettre un terme à la vie du Grand Amiral. Il se jeta sur lui, armé de deux lames, et lui transperça le torse. Bien qu'il fut tué par la suite, sa mission fut accomplie : Thrawn mourut devant les yeux de Pellaeon. Ce dernier, se voyant propulser au titre d'Amiral par voie de fait, décida de battre en retraite alors que la situation pouvait encore être renversée. La Nouvelle République put reprendre le contrôle de ses planètes les unes après les autres et récupérer le territoire conquis par Thrawn. Pendant que la Nouvelle République se remettait de la campagne menée par le Grand Amiral Chiss, l'Empire devint encore de plus en plus faible, scindé par les derniers Moffs et officiers loyaux qui, une fois Thrawn mort, pensaient que la situation était une fois pour toute perdue : l'Empire se mourait.

Retour de Palpatine[]

Alors que la Nouvelle République fêtait encore sa victoire sur Thrawn, le spectre de Palpatine refit surface sur le monde de Byss, dans le Noyau Profond. En effet, l'esprit de l'Empereur avait voyagé depuis Endor jusqu'à Byss et avait pris possession d'un clone de lui-même, arrivé à maturité. Depuis son nouveau quartier général, il prit contact avec le commandant de l'Empire Galactique et notamment avec Ysanne Isard. L'Empereur lui demanda d'aller voler le Lusankya, dérobé des années auparavant lors de la bataille de Thyferra par la Nouvelle République. Pour ce faire, elle rencontra l'escadron Rogue et conclut un accord avec lui : elle offrait son aide à la Nouvelle République afin que cette dernière puisse récupérer les prisonniers du Lusankya, qui était dorénavant sous la coupe de Krennel, le seigneur de guerre régnant sur l'hégémonie de Ciutric.

Le commandement accepta et une flotte d'intervention partit pour l'Hégémonie afin de vaincre Krennel. L'attaque fut un succès : Krennel fut tué et les prisonniers sauvés. Hélas, Isard s'était jouée de la Nouvelle République et, alors que la flotte se battait loin des chantiers navals de Bilbringi, Isard s'y rendit et tenta de voler le Lusankya, en cours de réparation. Heureusement, les services d'intelligence se doutaient d'un piège et ce fut Iella Wessiri qui découvrit la traîtrise d'Isard. Iella se confronta à elle et la tua, reprennent les commandes du Lusankya avant que celui-ci ne rejoigne l'Empire. Mais l'Empereur avait d'autres plans, Isard n'étant qu'un pion entre ses mains. Il lança toute sa flotte contre les Mondes du Noyau et remporta victoires sur victoires, plongeant la Nouvelle République dans un chaos total.

Fragmentation et réformation[]

Chaos total[]

Coruscant tomba - forçant Mon Mothma à s'enfuir de la planète -, puis Chandrila et bien d'autres encore. La Nouvelle République dut se réfugier sur la lune de Da Soocha. Toutefois, une confusion apparut dans les rangs impériaux et la Nouvelle République en profita pour tenter des attaques contre la flotte de l'Empereur ; de cette manière Luke Skywalker, après s'être écrasé à bord d'un Destroyer Stellaire sur Coruscant, fut emprisonné par l'Empereur qui tenta de le rallier à sa cause. Luke savait que le seul moyen de vaincre l'Empereur était de retourner son pouvoir contre lui et il fit semblant de se rallier du Côté Obscur de la Force en rejoignant les rangs de Palpatine. Ce dernier continua à étendre son pouvoir sur le Noyau et lança les Dévastateurs de Mondes sur Dac pour priver la Nouvelle République de son principal chantier naval. Néanmoins, grâce à Luke, les Dévastateurs purent être anéantis, mais pas à temps pour éviter à la planète aquatique des dégâts importants. La duplicité de Luke n'échappa pas à l'Empereur qui en informa Leia Organa, venue au secours de son frère. Il lui confia qu'il serait vainqueur sur Luke et que rien ne pourrait l'arrêter, mais il voulait aussi tirer profit de la sœur de Luke.

En effet, il tenta d'immiscer son esprit à l'intérieur de l'enfant que Leia portait afin de s'assurer force et vitalité, car lui-même, ou plutôt ses corps, tombaient en lambeaux à cause de l'intensité du Côté Obscur qui résidait en lui. Leia parvint à s'extirper de l'emprise néfaste de Palpatine, alors que Luke détruisait les chambres de stockage des clones de Palpatine. Malheureusement, ce dernier réussit à transférer son essence à l'intérieur du dernier des clones. Sorti de sa torpeur, il affronta et réussit à vaincre Skywalker, sans pour autant le tuer. L'Empereur prit alors les commandes de son Cuirassé Stellaire Eclipse et se rendit à Da Soocha, posant un ultimatum à la Nouvelle République. Soit elle lui livrait Leia, soit il détruirait la lune. Leia accepta et se rendit à bord. Alors que l'Empereur l'exhortait à se battre contre son frère, elle se mit d'accord avec ce dernier pour attaquer Palpatine. À eux deux, ils le défirent et durant la bataille et créèrent un énorme tourbillon de Force qui pulvérisa le vaisseau juste après que les deux jumeaux eurent volé un vaisseau impérial et fui loin du super destroyer en perdition.

Toutefois, Palpatine n'avait pas dit son dernier mot : sur Byss, il avait caché un clone de lui-même, à l'abri de toute attaque et il transféra son essence à l'intérieur de ce corps. Après avoir repris des forces, il demanda à ses ingénieurs de construire un canon capable de tirer sur n'importe quelle cible dans la galaxie à partir de Byss. Umak Leth et ses ingénieurs réussirent à construire ce canon galactique sur les bases de celui ayant équipé la seconde Étoile de la Mort. Ainsi, l'Empereur put faire souffler un vent de terreur sur la galaxie en détruisant des planètes et des vaisseaux sans préavis ni bataille. Sa première cible fut la base secrète rebelle où s'étaient réunis les dirigeants du gouvernement provisoire de la Nouvelle République. Il fit feu et la planète explosa. Heureusement, les leaders du gouvernement avaient eu le temps de fuir : tout n'était pas encore perdu pour la Nouvelle République. Le temps joua contre Palpatine, car son corps se dégénérait à vue d'œil et après le sabotage du complexe de clonage par Carnor Jax, il n'avait plus de clone sous la main. Ainsi, il voyagea jusqu'à Korriban pour y trouver de l'aide de la part des esprits des anciens Seigneurs Sith, qui lui dirent de prendre possession du corps d'un jeune Jedi.

N'ayant pas le choix, il essaya encore une fois de voler le bébé de Leia, le jeune Anakin Solo, caché sur Onderon. Il vint avec son nouveau vaisseau de combat, un Cuirassé Stellaire nommé Eclipse II et une violente bataille spatiale s'ensuivit. Le bâtiment, bien qu'imposant, ne fut pas une menace pour longtemps, car R2-D2 prit le contrôle de celui-ci et lui donna l'instruction de sauter dans l'hyperespace. le destroyer passa en vitesse hyperspatiale pour en ressortir en face du canon galactique sur lequel il s'écrasa. Les deux vaisseaux explosèrent, mais le canon galactique eut tout de même le temps de lancer un missile contre la planète Byss qui explosa à son tour, privant l'Empereur de base de refuge. Cependant, Byss ne lui servait à rien tant qu'il n'avait pas récupéré Anakin Solo, l'enfant de Leia. Après plusieurs tentatives infructueuses pour l'obtenir, il dut faire face à un groupe de Jedi, commandé par Luke qui voulait le capturer. L'Empereur n'était toutefois pas si facilement capturable, même dans l'état où il était. Il combattit avec force et tua deux Jedi avant d'être lui-même blessé mortellement d'une décharge laser tirée par Han Solo. Son essence tenta de s'échapper de la planète mais un des Jedi mort l'en empêcha, détruisant son esprit en même temps que le sien. L'Empereur était enfin vaincu, et la Nouvelle République put reprendre, peu à peu, les planètes sous contrôle impérial.

Restructuration et réformes[]

Durant une année, rien ne se passa, la Nouvelle République ne se montra pas agressive contre l'Empire et ne tenta aucun coup de force pour en finir avec lui. Elle s'organisa plus qu'elle ne combattit. Avec à sa tête Leia Organa, elle entra dans une ère de changement. En effet, Leia avait décidé, dans un programme de décentralisation, de donner plus de pouvoir aux systèmes, afin de ne pas retrouver un Sénat Galactique corrompu qui dictait des règles aberrantes à toute une galaxie. Une crise chamboula pourtant tout l'équilibre qui semblait régner : la découverte du Documents sur la destruction de Caamas. Ceux-ci disaient qu'un groupe de Bothans y avait participé en sabotant les infrastructures de la planète, laissant le champ libre à un bombardement orbital de la part de Palpatine.

Un ennemi imprévisible[]

Paix avec l'Empire[]

Cette nouvelle créa deux camps belligérants : celui des défenseurs de la paix, qui clamaient que le passé était le passé et qu'il valait mieux se concentrer sur autre chose que ces vieilles rancœurs et l'autre, dont les partisans étaient assoiffés de vengeance et qui voulaient que les Bothans soient punis. À cela s'ajouta la réapparition de Thrawn, qui n'était en fait qu'un acteur recevant ses ordres de deux autres représentants impériaux, le Moff Vilim Disra et le Major Grodin Tierce. Cette apparition effraya davantage la galaxie et beaucoup de planètes se livrèrent à l'Empire sans combattre, de peur d'affronter Thrawn. Alors que le conflit s'intensifiait, l'Empire avait décidé de faciliter la destruction de Bothawui en sabotant les boucliers planétaires de la planète. Le but final était, qu'après la bataille entre les forces pacifistes et celles réclamant des sanctions autour de Bothawui, devenue la planète charnière du conflit, trois Destroyers Stellaires impériaux, cachés derrière un écran d'invisibilité, détruiraient les survivants de la bataille et raseraient l'intégralité de la planète, amenant un vent de panique sur la Nouvelle République déjà affaiblie par la multitude des petits conflits qui éclataient déjà.

Cependant, cet objectif ne put être atteint car, grâce à Han Solo, les trois destroyers furent repérés et les forces en orbite autour de Bothawui, après avoir commencé à se battre, joignirent leurs efforts et mirent en déroute la flotte impériale. Parallèlement, Luke et Mara Jade revinrent de Nirauan avec en main le véritable Document de Caamas, récupéré dans les banques de données de la Main de Thrawn. La vérité éclata au grand jour, les coupables furent arrêtés et punis. Pendant ce temps, le faux Thrawn fut démasqué par Gilad Pellaeon et le Moff Disra, l'instigateur de cette attaque et de cette mascarade, fut écroué. Dans cette paix retrouvée, la Nouvelle République et les Vestiges de l'Empire purent conclure un traité de paix afin d'en finir avec cette guerre. Ce fut un grand jour pour la galaxie, car la Guerre Civile Galactique était définitivement terminée, même si quelques officiers républicains n'étaient pas d'accord et même si des officiers impériaux trouvaient que les termes du traité étaient déshonorants pour l'Empire.

Guerre Yuuzhan Vong[]

Loupe.png Article détaillé : Guerre Yuuzhan Vong.

Alors qu'une menace disparaissait, une autre se profilait à l'horizon pour la Nouvelle République. En effet, quelques années après la signature du traité de paix, des extragalactiques, connus sous le nom de Yuuzhan Vongs, pénétrèrent dans la galaxie et attaquèrent la Nouvelle République. Sous la conduite du nouveau Chef d'Etat Borsk Fey'lya, la Nouvelle République ne réagit pas tout de suite, laissant le temps aux Yuuzhan Vongs de s'emparer d'Helska IV et de Belkadan ; par ailleurs, Sernpidal fut détruite après que sa lune, attirée par un Basal Dovin, se fut écrasée à sa surface. Prônant la négociation, la Nouvelle République perdit un de ses membres les plus importants, Elegos A'Kla, qui s'était rendu auprès du commandant Yuuzhan Vong Shedao Shai pour engager des pourparlers : il fut assassiné et rendu à la Nouvelle République alors que son seul but était de mieux comprendre la culture des envahisseurs. Prenant cette action pour barbare, le gouvernement républicain informa les Vestiges de l'Empire de la menace. Ces derniers en réaction leur promirent de l'aide face aux Yuuzhan Vong.

Ceci fut mis en œuvre, mais les forces conjuguées de la Nouvelle République et des Vestiges ne vinrent pas à bout des Yuuzhan Vongs lors de la bataille d'Ithor, qui vit la planète verte complètement dévastée par un organisme bactériologique. De plus en plus de planètes tombèrent sous le joug des Yuuzhan Vongs : Dantooine, Agamar, Ord Mantell, Wayland, sans que la Nouvelle République ne puisse intervenir de façon décisive. Ce ne fut que lors de la bataille de Fondor, durant laquelle la majeure partie de la flotte hapienne, venue en renfort, et la moitié des forces Yuuzhan Vongs furent détruites, ce qui donna sa première victoire à la Nouvelle République. Toutefois, ceci n'empêcha pas l'ennemi de continuer son invasion. L'Académie de Yavin 4 devint la cible des Yuuzhan Vongs, après que le gouvernement républicain eut tenté de dialoguer avec ces derniers. Heureusement, tous les élèves de l'Académie s'en sortirent, exceptée Tahiri Veila, qui fut par la suite secourue par Anakin Solo.

Les jeunes apprentis furent placés sur l'Aventurier Errant et fuirent Yavin. La Nouvelle République ne resta pas statique encore longtemps et attaqua un vaisseau monde en cours de construction autour de Sernpidal. Malheureusement, l'ennemi extragalactique était toujours indomptable : il prit rapidement possésion des planètes Reecee et Borleias, s'approchant dangereusement de Coruscant. Alors que les Jedi envoyaient un groupe des leurs sur un vaisseau monde en orbite de Myrkr pour détruire le complexe de production des voxyns, des monstres traqueurs de Jedi, la Nouvelle République dut affronter les Yuuzhan Vongs autour de Coruscant qui, après un virulent combat, tomba, forçant le gouvernement républicain à s'enfuir et à se disperser.

Création de l'Alliance Galactique[]

Loupe.png Article détaillé : Alliance Galactique.

Cette bataille vit la mort de Borsk Fey'lya qui se sacrifia après avoir compris que sa politique anti-Jedi et pour une coopération avec les Yuuzhan Vongs, n'avait abouti qu'à la défaite. Après une tentative de coups d'état instiguée, et ratée, par Pwoe, l'un des conseillers de Fey'lya, le gouvernement se localisa sur Mon Calamari et Cal Omas fut élu Chef d'Etat. S'ensuivit alors un renversement de situation : les attaques menées de front par l'Amiral Kre'fey et l'Amiral Sovv, basées sur les plans de Gial Ackbar, furent de réels succès et les Vongs commencèrent à reculer. De plus, le jeune Jacen Solo, capturé lors de la mission sur Myrkr, revint de sa détention, ce qui améliora le moral de l'armée, car tous savaient qu'il était désormais un Jedi très puissant.

Voyant que seule une union entre les plus puissantes factions de la galaxie pouvait renverser définitivement le cours de la guerre, Cal Omas proposa une alliance entre les Vestiges et la Nouvelle République : ainsi se créa l'Alliance Galactique. Grâce à cette alliance, les Yuuzhan Vong furent repoussés de plus en plus loin, et la découverte de Zonama Sekot, planète mythique, permit l'écrasement des armées Yuuzhan Vong. Coruscant fut reprise, et peu à peu, les Yuuzhan Vongs furent délogés de leurs positions. Après trois ans de guerre contre les extragalactiques, celle-ci fut enfin terminée et la paix put revenir sur la galaxie. La Nouvelle République put se reconstituer et reconstruire toutes ses institutions. Après plus de vingt ans de guerre, elle put enfin goûter à la paix.

Organisation[]

Vue d'ensemble[]

La création de la Nouvelle République ne fut pas sans problème, car les dirigeants durent partir du néant. Il n'existait aucun organisme officiel de la Nouvelle République, aucune base solide sur laquelle se reposer et aucune planète prédéfinie pour y placer la capitale. Ce ne fut donc qu'au fil des années que la Nouvelle République se dota de toutes les institutions démocratiques, dont un état puissant était normalement composé.

De plus, Mon Mothma et les autres redoutaient qu'un système du type de celui de l'Ancienne République n'aboutisse à la même fin : décadence, corruption et disparition pure et simple de ce glorieux gouvernement. Il y eut plusieurs stades de développement, car la situation ne laissait pas à Mon Mothma le soin d'organiser et créer toutes les organisations dont la Nouvelle République avait besoin sur le moment.

Organe exécutif[]

Haut Conseil[]

Loupe.png Article détaillé : Haut Conseil de la Nouvelle République.

Le Haut Conseil réunissait six membres qui possédaient chacun le titre de Hauts Conseillers, mais qui avaient prouvé leur valeur par leurs actes ou leurs idéaux. Il était présidé par le Chef d'État et n'avait pour fonction que de débattre des graves troubles qui agitaient la Nouvelle République ou des idées qui posaient le plus problème au regard de l'éthique déjà inscrite de la Nouvelle République.

Une attaque contre une planète sans défense ou un complexe de construction sans défense requérait l'aval du Haut Conseil, car la Nouvelle République s'opposait habituellement à une attaque de grande échelle contre une cible pacifique, même si c'était pour endiguer une menace.

C'était d'ailleurs souvent parce que le Sénat Galactique de la Nouvelle République était trop divisé sur ce point que le Haut Conseil était requis pour trancher une fois pour toutes sur le sujet. Il fut créé deux ans après la bataille d'Endor, mais fut dissous néanmoins après la prise de contrôle de Coruscant par les Yuuzhan Vongs.

Conseil Provisoire[]

Loupe.png Article détaillé : Conseil Provisoire de la Nouvelle République.

Le Conseil Provisoire fut l'un des premiers organismes à voir le jour. Il regroupait les huit signataires de la Déclaration de la Nouvelle République. Ses fonctions pouvaient s'apparenter à un Haut Conseil de la Nouvelle République, car c'était lors de ses séances qu'étaient votées les lois, les actions à mettre en place, les planètes à rallier à la cause républicaine, mais aussi toutes les affaires économiques auxquelles elle participait.

En effet, même si la Nouvelle République ne venait à peine que d'apparaître, elle avait sous son égide plusieurs planètes dont l'économie était agonisante du fait de la scission d'avec l'Empire. Ce fut pourquoi des décisions économiques furent plus que vitales, car un gouvernement ruiné n'avait aucun avenir.

De plus, les membres de ce Conseil avaient un fort pouvoir sur les forces armées néo-républicaines et pouvaient démobiliser telle ou telle unité sans donner plus d'explications et les soldats devaient obéir. Bien que cela pût ressembler à un conseil tyrannique, ce n'était pas vraiment le cas : seule la situation exigeait que les Conseillers pussent jouir de ces pouvoirs afin de réagir vite face à une attaque impériale ou autre, sans devoir passer trop de temps à réfléchir ou à se concerter, puis à voter l'adoption ou non de ces démobilisations.

Chef d'État[]

Loupe.png Articles détaillés : Chef de l'État et Président du Sénat.

Le Chef d'État était le personnage le plus important dans la hiérarchie de la Nouvelle République. Il était élu au trois cinquième de la majorité des votes exprimés au Sénat Galactique et tirait tout son pouvoir du fait qu'il avait été élu par les représentants eux-mêmes du peuple. Plus qu'un chef politique, il était également le commandant en chef de la flotte et avait tout pouvoir sur les soldats. Il présidait le Haut Conseil de la Nouvelle République, mais pouvait également présider les séances au Sénat Galactique s'il décidait que cela était judicieux. Borsk Fey'lya fit par exemple cela tout le long de l'invasion Yuuzhan Vong.

Le Chef d'État pouvait néanmoins demander à n'importe quel sénateur de devenir le Maître de Conférence lors d'une séance au Sénat Galactique. Toutefois, lorsqu'un Président était élu, il pouvait être défait de ses fonctions par un vote majoritaire contre lui des membres du Sénat Galactique qui, avant de voter, faisaent signer au trois cinquième des autres Sénateurs, une pétition non confidentielle dont les signataires exprimaient leur désir de changer de présidence. En cas de décès du Président, les membres du Haut Conseil prenaient le pouvoir jusqu'à ce qu'un nouveau Président fût élu par le Sénat Galactique.

Gouverneurs planétaires[]

Loupe.png Article détaillé : Gouverneur.

Les gouverneurs planétaires étaient des fonctionnaires subordonnés au Sénat qui avaient charge de faire respecter l'ordre et la loi républicaine sur les planètes qu'ils régissaient. Contrairement à leur nom, ils pouvaient aussi bien gouverner une planète qu'un groupe de planètes comme il fut le cas pour le système Corellia qui, après une tentative d'indépendance, fut placé sous la juridiction d'une Drall, Marcha, qui avait aidé la Nouvelle République dans sa lutte contre le conflit interne.

Organe législatif[]

Sénat Galactique[]

Sachant que la Nouvelle République ne pouvait longtemps vivre avec un Conseil Provisoire constitué de si peu de membres et que les planètes ralliées à la cause républicaine demanderaient tôt ou tard à faire partie du système politique, Mon Mothma décida de réinstaurer le Sénat, comme sous l'Ancienne République. Le Sénat Galactique de la Nouvelle République était la plaque tournante de la politique de la Nouvelle République, car c'était dans son enceinte que toutes les décisions, qu'elles fussent politiques, économiques, sociales ou militaires étaient prises et aucune loi ou amendement ne pouvait être apporté tant que ce projet n'avait pas été voté et ratifié par le Sénat Galactique.

Pour assurer une clairvoyance d'esprit, le Sénat était constitué de Sénateurs représentants une ou plusieurs planètes. En effet, cette affiliation dépendait grandement de l'importance politique de la planète, comme Kuat par exemple, ou de l'importance militaire, comme Mon Calamari, ou encore économique. Il n'était donc pas rare de voir un représentant d'une planète comme Kashyyyk ou Kuat, au milieu de représentants de dizaines de planètes comme le sénateur de l'Espace Bothan.

Toutefois, le Sénat Galactique était plus une place de débat que de décision, du fait du nombre de sénateurs y faisant partie et du nombre d'opinions divergentes. Ce n'était pas souvent lui qui décidait de créer une loi ou un amendement, mais seulement de poser sa signature en bas du traité. D'autres chambres, liées au Sénat Galactique, étaient chargées d'élaborer les lois, car elles possédaient une meilleure spécialisation que le Sénat Galactique en lui-même. Le Sénat n'était pas pour autant un organisme qui se contentait uniquement de ratifier un traité. Lors de ces séances qu'étaient débattus les grands problèmes de la Nouvelle République et la conduite à adopter face à une situation, comme par exemple empêcher la guerre civile lors de la crise du Document de Caamas ou encore débattre de la création d'un Nouvel Ordre Jedi demandé par Luke Skywalker.

De ce fait, bien qu'ils n'élaboraient pas les lois, les Sénateurs les inspiraient fortement et étaient les piliers de la démocratie. Le Sénat Galactique était plus un organe d'action au sein de la Nouvelle République qu'une organisation étatique, qui ne faisait que voter sans considération. Il pouvait déclarer la guerre à une planète, avec l'aval du Haut Conseil de la Nouvelle République. Le Sénat avait également la capacité de décréter l'état d'urgence et de réquisitionner toutes les ressources possibles pour venir à bout d'un problème.

Sénateurs[]

Loupe.png Article détaillé : Sénateur.

Chaque sénateur était élu sur la ou les planètes qu'il allait représenter au Sénat, indépendamment de la volonté du Chef d'État ou d'autres membres influents de la Nouvelle République. La seule majorité absolue était requise au premier tour des élections et la majorité relative au second tour. Chaque Sénateur avait le droit de vote ou de veto sur un projet de loi et il pouvait l'utiliser autant de fois qu'il lui semblait nécessaire. En outre, chaque sénateur avait le droit de posséder un assistant qui, s'il devait retourner sur les planètes qui l'avaient élu, prenait sa place et votait pour lui.

Toutefois, le sénateur n'avait pas que des droits, il devait aussi remplir des devoirs, comme s'informer exactement de ce que les planètes qui l'avaient élu désiraient sur tel ou tel projet de loi, cesser de faire ce qu'il avait en cours pour venir sur une de ses planètes qui était sur le point de tomber dans l'anarchie. Fait encore plus important, il avait le devoir d'être à l'écoute de toute requête apportée par un citoyen de la Nouvelle République et ne pas prendre à la légère cette demande. S'il trouvait cette proposition intéressante et que deux autres sénateurs avaient été convaincus par cette requête eux aussi, il avait le devoir d'en informer le Sénat Galactique et de faire passer cette requête auprès du Haut Conseil de la Nouvelle République.

Organe judiciaire[]

Loupe.png Article détaillé : Conseil Judiciaire du Sénat.

Fière de ses principes, la Cour de Justice était un organisme faisant partie intégrante de la Nouvelle République. Basée sur Coruscant comme nombre d'autres organismes politiques, elle réunissait des membres sélectionnés par le Sénat Galactique selon une liste qui avait été présentée aux différents sénateurs. Le président de cette Cour de Justice était nommé par un vote de tous les autres membres, à la majorité absolue au premier tour, puis relative au deuxième. Toutefois, son pouvoir était très limité du point de vue politique, car comme nombre de hauts placés étaient protégés par l'immunité politique, il ne pouvait en fait qu'agir une fois que le mandat de l'inculpé était terminé et dans la mesure où il n'y avait pas prescription.

Cette Cour de Justice n'avait pas pour fonction de débattre des crimes ou des problèmes mineurs survenus sur telle ou telle planète. Son vrai rôle était de sanctionner les crimes d'état, les crimes contre la galaxie, de traduire en justice et de condamner les espions, comme pour le cas de Tycho Celchu. Elle se devait aussi de faire la lumière sur des fraudes survenues dans les sphères politiques ou des détournements d'argent.

Structure militaire[]

Conseil de supervision militaire[]

Loupe.png Article détaillé : Conseil de supervision militaire.

La loi était l'un des principes fondamentaux de la Nouvelle République, au même titre que l'équité. Il lui fallait donc avoir recours à diverses organismes judiciaires pour faire appliquer les principes phares de sa démocratie. Certains de ses organismes avaient pour fonction non pas de réguler la démocratie, mais plutôt d'éviter la multiplication des tyrannies à travers toute la galaxie, comme le Conseil de supervision militaire. Dans le cas où les lois n'étaient pas appliquées ou qu'il y avait alors une menace sur l'intégrité de la démocratie dans la galaxie, la Nouvelle République pouvait faire appel à son armée et à sa flotte pour ramener la sécurité. Avec les services de renseignements, le Conseil de supervision militaire était l'un des services les plus efficaces et redoutables de la galaxie. Alors que les renseignements fouinaient pour trouver des irrégularités ou des espions, le Conseil de supervision militaire s'occupait, quant à lui, de rendre légale une action militaire sur une cible donnée.

Sans son approbation, aucune action ne pouvait être engagée. Tous les gouvernements sous juridiction de la Nouvelle République ne pouvaient pas non plus se passer de son accord pour déclarer une guerre ou mener une action répressive contre un belligérant. De ce fait, cet organisme assurait une paix fragile, car personne ne pouvait attaquer une cible sans en avoir informé les Conseillers qui, à leur tour, examinaient les motifs de l'attaque et donnait leur feu vert ou pas. Cependant, en pratique, ce n'était souvent pas le cas et le Conseil de supervision devait, une fois l'action intentée, vérifier si les causes et les motifs étaient légitimes ; le cas échéant, des poursuites pouvaient être attentées contre l'agresseur.

Forces de défense de la Nouvelle République[]

Ce corps militaire était le principal tenant de la hiérarchie militaire républicaine. Il fut créé pour protéger la Nouvelle République d'une menace quelconque dans le but de réagir très rapidement afin de rendre cette menace inoffensive dans les plus brefs délais. Pour ce faire, les Forces militaires de la Nouvelle République avaient à leur disposition l'intégralité de la marine de la Nouvelle République, mais aussi l'armée terrestre. De plus, elles étaient en charge des systèmes de défense des planètes de la Nouvelle République.

Ce corps était composé du Ministère de la Défense, mais aussi de l'état major, des services de renseignements et du commandement militaire. L'amiral en chef était généralement le responsable des forces de défense de la Nouvelle République et il devait rapporter ses actes au Chef d'État. Il ne devait en aucun cas prendre ses ordres ; il s'agissait d'un officiel détaché du pouvoir politique qui ne tenait ses ordres que de l'état major et du Ministère de la Défense. Bien que plus faible que la flotte de l'Empire, celle de la Nouvelle République pouvait tout de même se targuer de disposer d'un arsenal impressionnant de vaisseaux, de transports et de chasseurs.

Les forces de défense et l'amiral en chef, autrement nommé Commandeur en chef des forces de défenses, furent rudement mis à mal lors de l'invasion des Yuuzhan Vongs. En effet, ils ne furent pas assez prompts à réagir, mais le Commandeur enchaîna surtout défaite sur défaite contre un ennemi supérieur en nombre et mieux organisé. Après la victoire des Yuuzhan Vongs sur Coruscant, la vindicte populaire contre les forces militaires et ses membres était ardente et toujours vive dans le cœur de nombre de citoyens qui avaient vu toute une vie partir en fumée. Ce ne fut qu'après la reprise de Coruscant et la création de l'Alliance Galactique que la population retrouva confiance en elles et apporta son soutient à la flotte et à son commandant, Sien Sovv.

Autres organisations néo républicaines[]

Service de police[]

Loupe.png Article détaillé : Service de police de la Nouvelle République.

Les services de police de la Nouvelle République étaient difficilement caractérisables, car ils dépendaient entièrement de chaque planète. En pratique, la police de chaque planète affiliée à la Nouvelle République était reconnue en tant que telle et il était donc ardu d'en donner les composantes, contrairement à l'Empire où il n'y avait qu'une seule police. En effet, chacune était différente selon la situation ou le contexte planétaire. Le centre des polices était localisé sur Coruscant et sa juridiction primait sur toutes les autres.

Ses membres, qui constituaient le plus haut barreau de l'échelle de la police, avaient pour mission de prêter main forte à un service de police planétaire si celui-ci ne disposait pas des moyens nécessaires ou si l'affaire impliquait plusieurs planètes, la police locale n'avant de ce fait pas les prérogatives pour enquêter dans d'autres secteurs que le sien.

Ils s'occupaient également de la piraterie et de la contrebande qui touchaient toute la galaxie et requéraient des moyens colossaux pour localiser les pirates. Il n'était donc pas rare de voir des officiers de police travailler avec des militaires, car pour une situation donnée, ils avaient besoin d'un croiseur assez puissant pour se lancer à l'assaut d'une base ou pour intercepter un groupe entier de pirates sur le point d'attaquer un convoi ou une planète.

Service de renseignement[]

Loupe.png Article détaillé : Service de renseignement de la Nouvelle République.

Aucune institution ne pouvait se passer des informations sur l'espace qu'elle gérait et cela avait été bien compris par Palpatine. Ce corps du gouvernement républicain était à la fois bien connu et mystérieux, car beaucoup d'organisations sous-jacentes n'étaient pas révélées, dans un souci de protection des informations. Il était notamment utilisé pour répertorier toutes les activités illicites sur le territoire de la Nouvelle République, mais aussi pour garder un œil sur les Vestiges de l'Empire. Cette branche du gouvernement s'occupait de placer des espions à des points stratégiques ou d'en démasquer d'autres.

Les organisations qui en faisaient partie étaient :

  • Les services secrets de la Nouvelle République (SSNR).
  • Le centre d'étude des astres, chargé de fournir des informations sur une planète ou un secteur de la galaxie.
  • Le service de référenciation, chargé de s'informer sur les habitudes des espèces peuplant la galaxie.

Centre de contrôle de l'exploitation de planètes[]

Loupe.png Article détaillé : Centre de contrôle de l'exploitation de planètes.

Cette subdivision de la machine politique de la Nouvelle République était chargée de s'assurer que toutes les planètes ou les ressources découvertes par les explorateurs étaient correctement référencées et qu'aucune fraude sur l'appartenance de ces planètes n'était faite, par exemple pour éviter qu'un explorateur ne s'approprie délibérément une planète récemment découverte et qu'il en retire d'énormes profits. Cet organisme s'assurait également que les taxes d'exploitation de ces planètes étaient correctement versées et dans de bonnes proportions à la Nouvelle République.

Observateurs[]

Loupe.png Article détaillé : Observateurs.

Cette institution naquit peu après que Ponc Gavrisom fût élu Président. Il avait pour fonction d'observer comment se comportaient les habitants de telle ou telle planète et de déceler si des risques de révolte ou d'insurrection étaient à prévoir. Toutefois, leur liberté et leur assignation leur permettaient d'agir plus facilement que des espions, car cela faisait depuis longtemps qu'ils s'étaient intégrés au milieu qu'ils observaient et pouvaient mieux comprendre ce qui se passait sur la planète.

Tous leurs rapports allaient directement devant les membres du Haut Conseil et s'il y avait risque, les Hauts Conseillers décidaient des mesures à prendre. Dans un souci d'impartialité, les Observateurs étaient mobilisés loin de leur planète natale, car il était ainsi plus facile pour eux de se forger une idée sur le peuple et de pouvoir remplir encore mieux leur devoir en ignorant tout de la culture locale et ne portaient ainsi aucun préjugé.

Société et culture[]

Idéologie néo-républicaine[]

Tout comme son prédécesseur, la Nouvelle République reposait sur des idéaux propres, qui en faisaient un gouvernement qui tranchait avec l'Empire Galactique, car son idéologie était presque radicalement opposée avec celle de ce dernier.

Principes[]

Liberté[]

La liberté était l'un de ses plus importants idéaux, surtout après la période traversée par la galaxie sous la dictature de l'Empereur. La Nouvelle République se basait presque entièrement sur le principe de liberté. Pour elle, la galaxie était libre et ne devait pas appartenir à qui que se soit de façon dictatoriale. Toutes les espèces étaient libres d'exister, de se déplacer et de travailler dans tous les domaines où elles voulaient postuler sans aucune discrimination ou ségrégation. Les peuples pouvaient se gouverner eux-mêmes, sans qu'aucun autre gouvernement ne s'y oppose ou soumette sa volonté. Il s'agissait d'un grand changement par rapport à l'Ère Impériale durant laquelle la galaxie était prisonnière de l'Empereur et de son Empire.

Cette liberté s'exprimait aussi par la liberté d'expression, trop souvent oubliée durant les ères sombres. Chaque citoyen de la galaxie avait le droit de dire ce qu'il voulait, à condition que ce qu'il disait n'entrait pas en contradiction avec les lois édictées là où il vivait. Cette liberté pouvait être aussi bien un outil formidable pour la démocratie qu'un outil de tyrannie, car toutes les idées pouvaient être dites, donc il n'y avait plus de frontière aux propos nationalistes ou encore favorables à tel ou tel mouvement.

De même cette liberté s'appliquait sur le plan politique et économique. Les gouvernements étaient responsables et n'avaient de compte à régler devant personne sur la manière dont ils géraient leur économie ou leur système politique, si cela ne transgressait pas les lois galactiques basiques, à savoir le crime, la violence ou encore l'injustice. De même, sur le plan politique, les gouvernements pouvaient décider ou non de rejoindre la Nouvelle République. La décision leur appartenait entièrement et personne d'extérieur à eux-mêmes ne pouvait les forcer à se mettre sous protectorat républicain.

Paix[]

La Nouvelle République, contrairement à l'Empire, était un gouvernement motivé par un but pacifiste dans toute la galaxie. Ses dirigeants souhaitaient que les conflits cessent et que la démocratie triomphe. Toutefois, pour la Nouvelle République, la paix n'était acquise que si aucun gouvernement dictatorial ou tyrannique n'avait la mainmise sur une planète ou plusieurs planètes, car la tyrannie était une tare pour la galaxie, comme le montra l'Empire. Ainsi, pour arriver à la paix, la Nouvelle République devait parlementer avec les gouvernements concernés, soit pour les forcer à changer de système politique, soit pour apporter des amendements à ce système et ainsi qu'il devienne, au fur et à mesure, de plus en plus démocratique.

La guerre était une alternative tout à fait justifiée pour la Nouvelle République afin d'étendre la démocratie sur des planètes asservies à un régime dictatorial. Cependant, la guerre ne pouvait être déclenchée que si la planète refusait obstinément d'adopter un nouveau système politique ou des réformes. De fait, la Nouvelle République suivait l'adage : « Qui veut la paix, prépare la guerre ». Cette mentalité provenait du fait que, pendant trop d'années, la galaxie avait été sous le joug de l'Empire et qu'après toutes ces années de souffrance, il avait fallu mettre un terme à cette folie et en finir une fois pour toutes avec les réminiscences du système impérial.

La Nouvelle République n'était pas pour autant constamment en guerre contre les états parias. En effet, son profond désir de paix se manifestait aussi par la résolution des conflits sur des planètes, appartenant ou non à son territoire. Pour résoudre ces conflits, son meilleur mode d'action était la médiation. Partout où des conflits éclataient, à l'instar de la République, elle y envoyait des officiers, des ambassadeurs et des médiateurs pour arranger la situation. Ce moyen fonctionnait bien souvent.

Justice[]

La justice était une autre des préoccupations de la Nouvelle République. Encore une fois, ce désir provenait du dégoût de l'Empire et de son système judiciaire plus que répressif. L'Empire imposait ses lois et tous les contrevenants étaient soit déportés, soit exécutés. De ce fait, la Nouvelle République voulut remédier à ce problème. Elle créa un système judiciaire stable et efficace sur la majeure partie des planètes qu'elle occupait, car la justice faisait partie de la démocratie.

Quelles que soient leur espèce ou leur situation sociale, tous les citoyens de la Nouvelle République pouvaient intenter un procès contre telle ou telle personne pour réparer une injustice qui lui avait été faite. Les tribunaux se devaient de donner un avis impartial et juste afin de défendre au mieux l'opprimé et de punir le coupable.

Recrutement[]

La Nouvelle République n'était pas très puissante à ses débuts et pour imposer son idéal au reste de la galaxie, elle dut faire appel à des hommes et des femmes de toute espèce et de tout niveau social et culturel afin de l'aider dans sa tâche. Ainsi, des centaines d'êtres intelligents rejoignirent ses rangs, car ils adhéraient à cette vision de la galaxie. Ces différentes personnalités se répartirent dans une multitude de branches selon les besoins de la Nouvelle République en personnel. Beaucoup incorporèrent les escadrons de combat et partaient au front, affrontant les redoutables chasseurs et destroyers de l'Empire.

D'autres, préférant servir la Nouvelle République d'une façon plus pacifique, rejoignirent l'ingénierie, le personnel de réparation, le personnel naviguant, les communications ou encore le Haut Commandement. Au fur et à mesure de son expansion, l'appel aux bonnes volontés se fit de moins en moins pressant, car les gens rejoignaient d'eux même la Nouvelle République, voyant son avancée sur l'Empire. Peu à peu, elle devint une institution au même titre que l'Empire avec son lot de fonctionnaires, de militaires, d'avocats, de conseillers et de politiciens.

Multitude des cultures[]

La Nouvelle République tenait à cœur de mettre en avant toutes les cultures de la galaxie, sachant pertinemment que la diversité faisait la force d'une nation démocratique. Ainsi, les peuples de la galaxie se virent encourager à répandre leur culture à travers diverses formes : expositions, congrès, concerts et conférences.

Les espèces dont la culture avait été supplantée par l'Ordre Nouveau purent enfin s'exprimer comme sous l'Ancienne République, apportant une nouvelle vision à la Nouvelle République qui y trouvait maintes sources d'inspiration pour édifier de nouveaux bâtiments détruits par la guerre ou encore décorer ses places de villégiatures et ses palais gouvernementaux. Elle montrait bien par ce florilège de culture que toutes les espèces étaient conviées à rejoindre la Nouvelle République et qu'aucun n'aurait à souffrir de discrimination ou de xénophobie.

Rassemblement des espèces[]

À l'opposé de l'Empereur, les dirigeants de la Nouvelle République voulaient que toutes les espèces puissent participer à la construction de la Nouvelle République, sans distinction de race, mais plutôt par les capacités propres à chacun de faire un travail ou un autre. Les humains n'étaient plus les seuls à être capables de diriger la galaxie, toutes les autres espèces également, car chacun avait un avantage que l'autre ne possédait pas. Ainsi, les Mon Calamari furent connus pour leur arsenal et leur chantiers navals qui produisaient la majorité des croiseurs de la Nouvelle République.

Plus que de les glorifier, cela incita les autres espèces à se spécialiser dans un domaine pour aider la Nouvelle République. Les Elomins furent remerciés pour leur sens de la tactique très poussé. Les Sullustains furent mis au devant de l'affiche pour leurs créations et leurs services rendus à la Nouvelle République via la Corporation SoroSuub, même si cette dernière était plutôt pro-impériale. D'autres peuples furent valorisés, comme les Bothans pour leur service d'infiltration et d'espionnage ou les Wookiees pour leur talent au combat.

Cette multitude permettait un meilleur dialogue, car si une seule espèce venait à diriger, elle deviendrait vite haïe par les autres en raison de son statut privilégié. Cela allait même plus loin : si une seule espèce dirigeait, les décisions prisent par cette dernière ne seraient plus motivées que par les standards auxquels elle avait été habituée. Ils n'œuvreraient que dans leur sens, sans se préoccuper des autres espèces et courraient droit à la catastrophe, car les mouvements de révolte se multiplieraient. Ainsi, ce fut par la conjonction de l'idéal démocratique et par une plus-value accordée aux espèces que ces dernières purent œuvrer pour la victoire de la Nouvelle République.

Refus de l'élitisme[]

Contrairement à Palpatine, la Nouvelle République ne pensait pas que seuls les forts avaient le devoir de secourir les faibles, mais plutôt que chacun pouvait aider son prochain. Il s'agissait d'une idéologie pro-communautaire, car quelle que soit l'espèce, l'être vivant y appartenant pouvait venir en aide à une autre espèce sans clivage, car sa valeur en tant qu'espèce n'était pas aussi noble et haute que celle d'une autre espèce. Chacun pouvait, et devait même, venir en aide à celui qui se trouvait dans une situation difficile ou de faiblesse.

De plus, ce n'étaient pas les plus forts qui devaient gouverner les autres espèces, mais c'étaient ceux qui étaient les plus aptes à gouverner, non pas par la force, mais par leur intellect, leur qualité morale ainsi que leur facilité à comprendre et accéder aux requêtes de ses citoyens. En outre, ce n'était pas parce que la famille d'un homme possédait un grand prestige politique par ses actes passés que cet homme devait accéder au pouvoir de façon systématique. Ce n'était pas non plus la richesse qui prévalait sous la Nouvelle République, car l'argent n'avait pas forcement été gagné par soucis envers les autres, mais peut-être par égoïsme, par cupidité ou encore par cruauté.

Ce n'était donc pas ce type d'homme politique que la Nouvelle République voulait donner pour modèle. Toutefois, si un homme juste, possédant des richesses, se présentait au poste de gouverneur ou de Chef d'Etat, c'était sa droiture plus que ses richesses qui était louée. Son statut privilégié n'était qu'une arme de plus pour la Nouvelle République, comme la Princesse Leia Organa qui, par ses facilités et son statut de sénatrice au Sénat Impérial, put aider l'Alliance Rebelle à acquérir des documents secrets et ainsi triompher de l'Empire Galactique.

Apparitions[]

Apparition non-canonique[]

  • "An Apology" (mentionné seulement)

Sources[]

Régime précédent Régime majoritaire de la galaxie Régime suivant
Empire Galactique 4 ap.BY - 27 ap.BY Empire Yuuzhan Vong
Advertisement