FANDOM


"Nous ne nous y prendrons pas toujours bien. Nous n'agirons jamais de manière parfaite, mais nous écouterons. Nous tendons les oreilles et nous écouterons les innombrables voix qui s'élèvent dans toute la galaxie. C'est ainsi que la démocratie survit. C'est ainsi qu'elle prospère."
―Olia Choko lors de l'inauguration du Sénat Galactique.[src]
Olia Choko était une Pantorienne qui fut la porte-parole de la Chancelière Mon Mothma et du Sénat Galactique durant les premiers mois de la Nouvelle République.

BiographieModifier

Lors du jours d'inauguration du Sénat Galactique sur la planète Chandrila, Olia Choko fut suivie par la journaliste HoloNet Tracene Kane et son cameraman Lug. Alors qu'elle faisait un discours sur la nécessité d'établir une paix durable dans la galaxie, Choko subit les foudres d'un Xan en colère qui lança des fruits pourris sur elle. Ne se laissant pas déstabilisée par cette agression, elle demanda à Kane de la suivre et alla à la rencontre du citoyen afin de prendre connaissance de ses soucis. Après s'être présenté, Geeska Dotalo raconta comment Gan Moradir, une colonie de la Bordure Extérieure, avait été libéré l'occupation impériale par l'Alliance Rebelle avant que les rebelles ne s'en aillent également. Depuis la colonie était la cible d'attaques de pirates, menacée de famine et privée d'eau potable... La situation était devenue tellement intenable que la colonie s'était cotisé pour payer le trajet de Dotalo afin qu'il puisse se plaindre auprès de la Nouvelle République. Après avoir écouté le Xan et sachant que Gan Moradir n'avait de représentant au Sénat, Choko lui proposa de le devenir pour la journée afin qu'il puisse témoigner directement devant le Sénat.

A peine cet incident fut réglé qu'Olia Choko découvrit non loin de là une procession de prisonniers impériaux escortés par un soldat de la Nouvelle République. La porte-parole alla à la rencontre du soldat et lui demanda de s'expliquer. Le caporal Camerand Argell déclara avoir été envoyé par le commandant Rohr faire défiler ces prisonniers devant le Sénat pour fêter son inauguration. Choko lui fit remarquer que ce type de démonstration était digne de l'Empire et elle chargea le caporal de ramener les prisonniers dans leur lieu de détention.[1]

ApparitionModifier

SourcesModifier

Notes et référencesModifier

  1. 1,0, 1,1, 1,2 et 1,3 Riposte
Sauf mention contraire, le contenu de la communauté est disponible sous licence CC-BY-SA  .