FANDOM


Épidémie Stormtroopers

Des Stormtroopers infectés par l'épidémie.

Le projet Blackwing était un projet mené par la Division de Recherche en Armement Avancé de l'Empire Galactique dans le but de développer le virus Blackwing, aussi connu comme la Maladie, un agent viral infectieux qui fut accidentellement créé lors d'une expérience pour tenter de réanimer des chairs nécrosées au sein d'un centre de recherche secret situé sur Dandoran.[1]

DescriptionModifier

Créé par les scientifiques Sith grâce à la science de l'alchimie Sith au sein de la Division de Recherche en Armement Avancé, le virus Blackwing fut initialement conçu pour atteindre l'immortalité. Le virus, cependant, tua ses hôtes à la place, s'attaquant à leur chair et transformant leurs corps sans vie en féroces zombies cannibales. Le virus altérait l'endurance et la force du corps, rendant son hôte plus lent qu'il ne l'était avant l'infection mais améliorant sa tolérance aux dommages physiques, permettant à la victime d'encaisser sans problème des dégâts qui lui auraient été fatals en temps normal. Les sujets infectés semblaient également subir un changement dans la texture de leur peau, celle des hôtes humains prenant une couleur vert-de-gris à vert foncé. Le virus communiquait d'un hôte à l'autre et permettait aux zombies d'agir comme une seule et même entité et d'apprendre des choses des vivants, dont utiliser un blaster, contrôler des tourelles, et même piloter des vaisseaux spatiaux.[1]

HistoireModifier

Le Projet Blackwing était actif depuis au moins 13 ans avant la bataille de Yavin,[2] et pour profiter des rumeurs sur ce projet top secret, l'Empereur Palpatine nomma les Death Troopers du Renseignement Impérial d'après les Stormtroopers zombies du Projet Blackwing, qui étaient également appelés Death Troopers.[1]

À un moment entre la bataille de Yavin et la bataille de Hoth, des Stormtroopers Impériaux stationnés au Centre de recherche secret sur Dandoran furent infectés par le virus, provoquant leur transformation en zombies. Il y eut ainsi une épidémie dans le centre, et les soldats infectés menaçaient de se répandre à travers la galaxie. Les Stormtroopers morts-vivants furent complétés par des Stormtroopers lourds zombies et des Scout troopers zombies tandis que le virus tuait de plus en plus de soldats Impériaux, qui furent plus tard nommés "l'Armée des Morts".[1]

Des opérations furent engagées par l'Empire et l'Alliance Rebelle pour contrer la menace, qui fut finalement contenue. Des rumeurs commencèrent à courir comme quoi des échantillons rescapés avaient été récupérés par des organisations criminelles, gangs, cartels, extrémistes et autres factions pour les revendre ou les utiliser comme armes. L'Alliance Rebelle dût reprendre ses opérations contre le virus quand une seconde épidémie se déclencha, mais elle fut également contenue.[1]

En coulissesModifier

Le virus Blackwing apparut pour la première fois dans le roman Death Troopers, sorti en 2009 et écrit par Joe Schreiber. Ce roman fait aujourd'hui partie de l'univers étendu, il n'est donc pas considéré comme canonique dans l'univers officiel.[3] Toutefois, une adaptation canonique du Projet Blackwing apparut dans Star Wars: Commander, un jeu de stratégie pour mobile créé par Disney Interactive le 21 août 2014.[1]

ApparitionModifier

SourcesModifier

Notes et référencesModifier

  1. 1,0, 1,1, 1,2, 1,3, 1,4 et 1,5 Star Wars: Commander
  2. Star Wars : Rogue One : Le Guide Visuel Ultime établit que les Death Troopers furent inspirés par le Project Blackwing. Comme on sait que les death troopers existaient déjà en 13 av.BY, grâce au livre Star Wars : Rogue One: Le Guide Visuel Ultime, alors le Project Blackwing devait déjà être actif à cette époque."
  3. SWCustom-2011 The Legendary Star Wars Expanded Universe Turns a New Page sur StarWars.com
* DIVULGATION : Certains des liens ci-dessus sont des liens d'affiliation, ce qui signifie que, sans frais supplémentaires pour vous, Fandom percevra une commission si vous cliquez et effectuez un achat.Sauf mention contraire, le contenu de la communauté est disponible sous licence CC-BY-SA .