FANDOM


La Réformation Ruusan est une refonte totale de la République Galactique, qui s'opéra en 1000 av.BY. Cette réforme fut d'une telle ampleur qu'on peut presque parler d'un changement de régime.

Elle enlève les pleins pouvoirs du Chancelier Suprême et les replacent au Sénat Galactique. La représentativité des planètes est aussi largement remaniée, et les millions de circonscriptions pas toujours proportionnelles sont redécoupés en 1024 secteurs de taille équivalente, afin de lutter contre la corruption et le trafic d'influence.

Le système de mesure du temps est recadré, et le calendrier est réinitialisé sur la septième bataille de Ruusan, qui est censée voir le triomphe définitif des Jedi sur les Sith (il faut noter qu'à cette époque, l'exploration spatiale de la Galaxie était quasiment achevée ; et contrairement aux précédentes "victoires définitives", aucun clan de survivants ne fut repéré où que ce soit).

Désormais, avec la disparition des Sith, la République est le seul véritable régime de la Galaxie. Cela rend donc tout l'appareil militaire inutile. D'un côté, la République démantèle son armée pour la réorganiser en une simple milice civile destinée à patrouiller son territoire. De l'autre, l'Ordre Jedi qui était jusqu'ici une véritable congrégation armée décide de se débarrasser de sa flotte privée et de tout son armement lourd qu'il avait acquis au cours de la guerre millénaire pour se mettre sous la tutelle du Sénat, en gage de bonne volonté. L'Ordre refonda aussi sa doctrine sur la voie diplomatique plutôt que le combat. Les Jedi devinrent davantage des médiateurs et des ambassadeurs de la République plutôt que des agents du maintien de l'ordre.

Les Jedi durcirent aussi la surveillance de toute déviance vers le côté obscur. Tous les sensitifs étaient retirés de leur famille dès la naissance, et éduqués suivant le code Jedi. Tous les ex-apprenti non Jedi étaient sous une étroite surveillance du Temple, toute invocation du côté obscur par de simples citoyens était sévèrement réprimée, les cas inguérissables enfermés à vie. La documentation à propos des Sith fut confinée dans la Bibliothèque Jedi.

Les dernières académies secondaires qui avaient perduré malgré tout à travers les millénaires furent dissoutes. Toutes les administrations de l'Ordre Jedi furent rapatriées sur Coruscant, pour rester au plus près du cœur de la République. Les effectifs de l'Ordre furent aussi drastiquement réduits : au fil des ans, ils passèrent de plusieurs milliers à seulement quelques centaines, ne gardant que les éléments les plus sages et disciplinés, indéfectiblement alignés sur le côté lumineux.

Un accord de neutralité fut passé entre République et Ordre Jedi : les Jedi ne devaient plus se mêler de politique ou imposer leur Code dans la vie publique. En échange, la République jurait de ne jamais attaquer les régimes étrangers, et de toujours privilégier la négociation au recours à la force.

C'est de ces accords que découle la fin de la diffusion officielle de la philosophie Jedi sur la Force dans la société civile. Le Temple Jedi cessa d'organiser des séances de méditation publique et d'enseignement ouvert sur la Force. Mis à part leur serment de neutralité, les Jedi avaient remarqué qu'une petite portion des citoyens qui venaient se renseigner utilisait ensuite leur connaissance à mauvais escient, et donc cette manière de lutter contre l'attrait du côté obscur avait aussi ses défauts. A partir du moment où les Sith étaient censés être définitivement éradiqués, il n'y avait plus de grand adversaire pour faire la promotion d'un usage alternatif de la Force, et le Conseil Jedi estima donc qu'il valait mieux cesser tout simplement d'informer le grand public à ce sujet. Progressivement, toutes les connaissances sur l'utilisation de la Force furent classifiées par l'Ordre avec l'appui du gouvernement.

Les Jedi s'appliquèrent eux-mêmes des restrictions dans l'usage des Pouvoirs de la Force au combat, d'autant plus qu'ils étaient censés être désormais les seuls utilisateurs de la Force de la Galaxie, de toute façon. La doctrine amenda les Arts Jedi de manière à ne se focaliser que sur le maniement du Sabre laser et l'accroissement des réflexes et des capacités physiques par la Force. L'utilisation de la télékinésie n'était plus réservée qu'à des mouvements particuliers, et encore de façon très limitée. Les déferlements d'énergie tels que les vagues télékinétiques, les attaques mentales ou la foudre de Force n'étaient plus réservés qu'aux cas d'urgence.

Cela explique qu'au fil des générations, les habitants de la Galaxie oublièrent les pouvoirs surnaturels des Jedi, ne voyant en eux que des escrimeurs extraordinairement doués et dotés d'armes atypiques, d'autant qu'il devint de plus en plus rare que des Jedi en mission fassent la démonstration de leurs pouvoirs en public. La Force fut bientôt perçue davantage comme une ancienne "divinité" d'une "religion disparue", et non un concept qui désignait initialement un phénomène cosmique bien réel.

Par extension, on peut aussi dire que cette vague de réformation concerne les Sith : en rupture avec la stratégie de confrontation millénaire de l'Empire contre la République, Dark Bane décida de privilégier la discrétion et l'infiltration. Il instaura donc la Règle des Deux, afin que le Seigneur Noir des Sith, seulement secondé par son apprenti, sabote la République de l'intérieur et restaure l'Empire sur ses ruines (projet que Palpatine ne mènera jamais vraiment à terme).

En coulissesModifier

La Réformation Ruusan est surtout un moyen à la base de concilier certaines incohérences entre l'Univers étendu et celui officiel et plus restreint de la saga (à partir de 32 av.BY). L'Ère de l'Ancienne République compte ainsi comme sa propre continuité distincte.

Avec la nouvelle nomenclature Canon/Légendes, la Réformation Ruusan n'a plus ce rôle de jalon.

Voir aussiModifier

Sauf mention contraire, le contenu de la communauté est disponible sous licence CC-BY-SA  .