Star Wars Wiki
Advertisement
Star Wars Wiki
Cet article couvre la version Canon de ce sujet.  Cliquer ici pour voir la version Légendes de ce sujet. 

"Le Techno-Syndicat était la faction la plus puissante des séparatistes. L'Empire ne serait même pas né, si les autres avaient suivi Tambor."
―Hallio Bas, présentant l'histoire du Techno-Syndicat à Chelli Lona Aphra.[src]

Le Techno-Syndicat était un conglomérat commercial et industriel actif durant les dernières années de la République Galactique. Puissante entreprise industrielle qui produisait essentiellement des droïdes et des vaisseaux, le Techno-Syndicat possédait également des dizaines de corporations comme les Chantiers Navals de Kuat. L'organisation était sous la domination du peuple des Skakoans et avait de nombreuses usines à travers la galaxie. Durant la Crise Séparatiste, le Techno-Syndicat se mit à soutenir la Confédération des Systèmes Indépendants et son dirigeant, le Contremaître Wat Tambor, devint l'un des principaux leaders séparatistes. Le Techno-Syndicat offrit son armée droïde aux forces séparatistes et fut le principal producteur de droïdes de combat pour la cause séparatiste. Malgré cela, l'entreprise proclama sa neutralité durant la Guerre des Clones et conserva un représentant au Sénat Galactique en la personne de Gume Saam. À la fin du conflit, le Techno-Syndicat fut complètement nationalisé par l'Empire Galactique.

Description[]

"Il faut des conflits pour nourrir la machine et pour créer des bénéfices."
―Gume Saam, au Comte Dooku, à propos du Techno-Syndicat.[src]

Le Techno-Syndicat était un puissant cartel industriel regroupant de nombreuses entreprises. Le Techno-Syndicat en lui-même était une entreprise polyvalente qui produisait essentiellement des droïdes, des vaisseaux et des armes. Il s'intéressait également à l'extraction minière.[8] L'entreprise possédait sa propre armée droïde[3] qui faisait du Techno-Syndicat l'une des principales puissances militaires de la galaxie avant la Guerre des Clones.[8] Cette armée droïde consistait en des légions de droïdes crabes LM-432 ; de Tri-droïde de combat Octuptarra[4] et de droïdes D-Wing.[10] En cas de besoin, les Skakoans eux-mêmes pouvaient se rendre au combat. Les commandos Skakoans et les ingénieurs de combat Skakoans étaient deux unités du Techno-Syndicat possédant une redoutable réputation. Enfin, l'entreprise menait même des expériences génétiques sur des autochtones, comme les Nelvaaniens, pour les transformer en des monstres cyborgs décérébrés.[4]

Le Techno-Syndicat était dirigé par un seul et unique individu possédant le titre de Contremaître.[8] L'entreprise était basée sur la planète Skako Minor.[12] Le cartel industriel faisait partie de la République Galactique et était l'une de ces entreprises à posséder un représentant au Sénat Galactique.[13] Si la compagnie était essentiellement la propriété des Skakoans,[12] elle employait également des individus d'origines variées comme des Geonosiens,[4] des Ishi Tib,[13] et des Mustafariens.[20]

Le Techno-Syndicat possédait des installations dans toute la galaxie. L'un de ses ateliers sur Skako Minor était considéré par les Skakoans comme un lieu saint.[21] Mustafar, une planète volcanique de la Bordure Extérieure, était exploitée pour ses minéraux rares contenus dans la lave.[8] Geonosis était l'une des principales usines de droïdes du Techno-Syndicat.[14] Le Techno-Syndicat possédait également une usine de droïdes utilisée par les Ateliers d'Armement Baktoid sur Hypori.[15] La planète Nelvaan faisait aussi partie du Techno-Syndicat où les scientifiques de l'organisation exploitaient les autochtones, les Nelvaaniens, et les transformaient en cyborgs.[4] Le Techno-Syndicat s'implanta brièvement sur Utapau lorsque la planète fut occupée par la Confédération des Systèmes Indépendants. Le Grand Hall de la Guilde des Marchands de Pau City fut reconverti en usine fabriquant des intercepteurs Mankvim-814.[11] Parmi les autres places-fortes du Techno-Syndicat, il y avait Metalorn ; Foundry et Mechis III.[4]

L'entreprise possédait tout une variété de véhicules industriels comme la plateforme pour travaux de force UH-XH.[20] Elle utilisait également largement les transports de classe Hardcell, notamment pour les dignitaires en voyage.[11] De même, la Canonnière cargo de classe Shekelesh était utilisée par les troupes Skakoans du Techno-Syndicat.[4]

Parmi ses clients, le Techno-Syndicat comptait notamment l'Alliance des Corporations pour laquelle il produisit le tank droïde NR-N99 de classe Persuader[8] et la Guilde du Commerce pour laquelle il avait développé le destroyer de classe Recusant, un vaisseau produit à partir des ressources de la Guilde. L'entreprise entretenait une certaine rivalité avec les Chantiers Navals de Kuat et sa filiale, l'Ingénierie Lourde de Rothana.[7]

Histoire[]

Formation[]

"Wat Tambor a acquis ta matrice de personnalité il y a presque un siècle pour l'étudier. Je crois que tu l'obsédais."
―Chelli Lona Aphra, à 0-0-0.[src]

Le droïde aqua était l'une des nombreuses productions du Techno-Syndicat.

Le Techno-Syndicat fut formé plusieurs siècles avant la naissance de l'Empire Galactique. À un certain moment de son histoire, le peuple des Skakoans commença à exercer une certaine influence sur l'entreprise en y investissant d'énormes quantités d'argents. Au fil des années, de nombreux Skakoans atteignirent des postes de direction au sein du Techno-Syndicat. L'entreprise tomba entièrement sous l'influence des Skakoans lorsque Wat Tambor en prit la direction et le siège de la société fut transféré sur Skako Minor.[12]

Plus de trois siècles avant la chute de la République Galactique,[11] le Techno-Syndicat conclut plusieurs accords avec les Mustafariens. En échange de droïdes miniers et de speeders, le peuple de Mustafar accepta de travailler pour le Techno-Syndicat.[20] Près d'un siècle avant la bataille de Yavin, le Techno-Syndicat entra en possession de la matrice de personnalité Triple Zéro, une matrice de personnalité pouvant transformer le moindre droïde en un tueur sanguinaire. Wat Tambor fut effrayé par la dangerosité de cette technologie et préféra la transférer sur le Monde en quarantaine III tout en gardant la mémoire du droïde en sa possession.[22]

Au cours des dernières années de la République, le Techno-Syndicat obtint un siège au Sénat Galactique où il défendait le libre-échange, le développement de l'industrie lourde et l'autorégulation pour empêcher la compétition et l'intervention de la République.[12] Durant cette époque, le Techno-Syndicat signa plusieurs accords avec l'Archiduc Poggle le Bref de Geonosis, permettant aux Ateliers d'Armement Baktoid de faire de la planète l'une de ses principales forges à droïdes.[18]

Crise Séparatiste[]

"Les droïdes du Techno-Syndicat sont à votre disposition, Comte Dooku."
―Wat Tambor, durant la première réunion du Conseil Exécutif Séparatiste.[src]

Durant la Crise Séparatiste, le Techno-Syndicat se rapprocha de la Confédération des Systèmes Indépendants pour échapper à l'influence de la République Galactique[23] mais également pour bénéficier d'importants avantages fiscaux et d'un libre-échange total.[24] L'entreprise décida d'apporter son soutien à la planète Ando lorsque celle-ci quitta la République[18] et poussa de nombreuses autres planètes à la sécession. Durant toutes cette période, le Techno-Syndicat fut soutenu financièrement par la Confédération et il put développer son armée droïde grâce à cet argent.[4]

Wat Tambor fut le dernier dirigeant du Techno-Syndicat et fut celui qui mena l'entreprise dans les bras de la Confédération des Systèmes Indépendants.

Deux années après la fondation de l'Alliance Séparatiste, Wat Tambor fut convié sur Geonosis par le Comte Dooku. En effet, le leader séparatiste organisait une réunion avec plusieurs industriels, hommes d'affaires et politiciens favorables à la cause séparatiste. Durant cette réunion, le Contremaître Tambor annonça le ralliement du Techno-Syndicat à la cause séparatiste et offrit l'armée droïde de l'entreprise. Grâce à cela, Tambor reçut un siège au Conseil Exécutif Séparatiste, l'organisation à la tête de la Confédération. Néanmoins, cette réunion secrète fut espionnée par le Chevalier Jedi Obi-Wan Kenobi qui s'empressa d'informer le Conseil Jedi des liens entre la Confédération, le Techno-Syndicat et les autres entreprises. Cette révélation conduisit le Sénat Galactique à offrir les pleins pouvoirs au Chancelier Suprême Sheev Palpatine. Celui-ci s'empressa de former une Grande Armée de la République qui fut aussitôt envoyée sur Geonosis, déclenchant ainsi la Guerre des Clones.[3]

Guerre des Clones[]

"Après notre attaque, je vous assure que la paix n'aura plus la moindre chance. Les membres du Clan Bancaire, de la Fédération du commerce et du Techno-Syndicat recevront tous leur dû et même davantage."
―Le Comte Dooku, à Nix Card, Lott Dod et Gume Saam.[src]

La bataille de Geonosis fut un premier échec pour la Confédération des Systèmes Indépendants et ses alliés du Techno-Syndicat.[3] Pas moins de deux cent quatre-vingt-six transports de classe Hardcell se trouvaient sur Geonosis au moment de la bataille. Étant désarmés, les vaisseaux du Techno-Syndicat tentèrent de fuir la planète avec leur précieuse cargaison de droïdes de combat mais cent-dix-sept véhicules furent détruits.[11] Néanmoins, Wat Tambor et les autres dirigeants séparatistes parvinrent à fuir la planète.[3] Même si Tambor devint l'un des principaux leaders séparatistes, le Techno-Syndicat proclama sa neutralité et conserva son représentant au Sénat Galactique, Gume Saam. En réalité, Saam n'était qu'un agent chargé de favoriser les intérêts de la cause séparatiste au sein du Sénat.[13] Si le soutien du Techno-Syndicat à la cause séparatiste était indéniable, la République préféra fermer les yeux dessus car l'entreprise possédait plusieurs corporations participant à l'effort de guerre républicain comme Blastech Industries, les Chantiers Navals de Kuat et les Systèmes Sienar de la République.[4] En parallèle à cela, le Techno-Syndicat finança le développement de l'Étoile de la Mort, une super-arme d'abord développée par les séparatistes.[11] L'entreprise s'imposa rapidement comme le principal fournisseur de droïdes de combat de l'Alliance Séparatiste.[25] Dès l'ouverture du conflit, le Techno-Syndicat fortifia plusieurs de ses planètes comme Metalorn, Foundry, Hypori, Mechis III, Skako et Utapau en déployant des vaisseaux issus de la Corporation SoroSuub et des transports de classe Hardcell.[4]

Le Techno-Syndicat perdit plus d'une centaine de ses transports de classe Hardcell durant la bataille de Geonosis.

Dans les premiers mois du conflit, le Techno-Syndicat et ses alliés séparatistes s'emparèrent de la planète Quarmendy, un monde neutre ayant une position stratégique sur une route hyperspatiale importante pour la République. Les forces séparatistes étaient personnellement dirigées par Wat Tambor. Le 104e Bataillon du Général Jedi Plo Koon attaqua les positions du Techno-Syndicat. Les forces républicaines parvinrent à prendre le dessus et Tambor prit la fuite.[26] Plusieurs semaines plus tard, les séparatistes et leurs alliés du Techno-Syndicat entreprirent l'invasion du monde républicain de Ryloth. Wat Tambor fut nommé à la tête des forces séparatistes et dirigea la planète d'une main de fer. Toutefois, la bataille tourna rapidement au désavantage des forces séparatistes et du Techno-Syndicat lorsqu'une flotte républicaine menée par Anakin Skywalker parvint à briser le Blocus de Ryloth.[17] Puis le 212e Bataillon d'attaque du Maître Jedi Obi-Wan Kenobi libéra la ville de Nabat.[27] Enfin, les forces de la 91ème Corps de Reconnaissance et leurs alliés de la Résistance Twi'lek s'emparèrent de Lessu, la capitale de Ryloth et le siège des forces séparatistes. Wat Tambor fut capturé par la République au terme de la bataille et emprisonné.[28]

Au bout de la première année du conflit, le Sénat Galactique de la République se divisa sur la question d'un endettement auprès du Clan Bancaire Intergalactique pour pouvoir financer la création de plus de soldats clones. Le représentant du Techno-Syndicat, Gume Saam proposa une Dérégulation du Système Bancaire allant dans ce sens. La demande de Saam fut combattue par Bail Organa d'Alderaan qui craignait que cela ne mène la République à la banqueroute et le vote fut repoussé. Le but réel du projet de loi de Saam était de permettre de prolonger le conflit et de faire gagner des milliards de crédits au Clan Bancaire, à la Fédération du commerce et au Techno-Syndicat. Le sénateur du CBI, Nix Card, proposa alors à ses collègues d'organiser un attentat sur Coruscant pour convaincre les sénateurs réticents à voter le projet de loi du Techno-Syndicat. Toutefois, au même moment, le Sénat Séparatiste avait voté l'ouverture de négociations de paix avec la République sous l'impulsion de la sénatrice séparatiste Mina Bonteri d'Onderon. Inquiets, Gume Saam et ses collègues Nix Card et Lott Dod contactèrent le Comte Dooku qui les rassura en leur expliquant que l'attaque prévue sur Coruscant allait également saboter les initiatives de paix vers la République. Quoi qu'il en soit, l'Office du Chancelier décida de réunir le Sénat en urgence pour voter sur une acceptation des négociations avec les séparatistes. Alors que le Sénat s'apprêtait à voter, un groupe de droïdes de démolition Infiltrator séparatistes détruisit le réseau central de distribution d'électricité de Coruscant. L'attaque causa une coupure de courant générale dans la capitale républicaine. Gume Saam s'empressa alors d'annoncer au Sénat que l'attaque avait été perpétrée par les séparatistes et appela à se venger. Grâce à cela, le projet de loi du Techno-Syndicat fut adopté par la République, permettant à l'entreprise d'engranger d'importants bénéfices.[13]

Malgré son implication aux côtés des séparatistes, le Techno-Syndicat clama sa neutralité et conserva un représentant au Sénat Galactique en la personne de Gume Saam.

Au bout de la troisième année du conflit, le Chevalier Jedi Anakin Skywalker partit en mission sur Batuu pour enquêter sur la disparation de son épouse, Padmé Amidala. Avec l'aide du Chiss Mitth'raw'nuruodo, Skywalker découvrit la présence d'un groupe de séparatistes possédant un vaisseau ressemblant aux produits du Techno-Syndicat.[29]

Par la suite, Wat Tambor put quitter les geôles de la République et retourna sur Skako Minor, siège du Techno-Syndicat, où il continua à travailler pour les séparatistes. Ces derniers lui livrèrent Echo, un Commando de Reconnaissance Avancée clone ayant été capturé durant la bataille de Lola Sayu. Ce clone avait conçu un algorithme de stratégie largement utilisé par les armées républicaines et les scientifiques du Techno-Syndicat transformèrent Echo en un cyborg pour avoir accès à cet algorithme. Durant la bataille d'Anaxes, les forces républicaines de la Force Clone 99 découvrirent que les séparatistes avaient capturé Echo et parvinrent à le localiser sur Skako Minor. L'unité, menée par Anakin Skywalker, s'infiltra sur Skako Minor pour mettre la main sur l'algorithme et libérer Echo. L'unité clone parvint à pénétrer dans Purkoll, le siège du Techno-Syndicat, et à libérer Echo.[10] Les forces du Techno-Syndicat, sous le commandement direct de Wat Tambor, échouèrent à vaincre les républicains. Tambor refusa d'informer les séparatistes de la perte de l'algorithme pour ne pas pénaliser financièrement le Techno-Syndicat.[6] Avec le prolongement de la guerre, le Techno-Syndicat accumulait une véritable fortune et était secrètement financé par Dark Sidious qui vidait les caisses de la Fédération du commerce au profit de l'entreprise de Tambor.[24]

La Guerre des Clones prit fin avec le massacre du Conseil Exécutif Séparatiste dans un complexe minier appartenant au Techno-Syndicat sur Mustafar.

Durant les derniers jours du conflit, l'Alliance Séparatiste décida de lancer un assaut massif sur Coruscant, la capitale de la République Galactique. Si les forces séparatistes parvinrent à capturer le Chancelier Suprême Sheev Palpatine, la bataille tourna rapidement à la déroute pour les forces séparatistes. Palpatine fut libéré par l'Ordre Jedi, Dooku trouva la mort durant le combat et de nombreux vaisseaux séparatistes furent détruits. Cette défaite marqua un tournant dans le conflit.[30] De même, plusieurs mondes clés du Techno-Syndicat furent capturés par la République.[11] Les leaders séparatistes, dont Wat Tambor, furent transférés d'Utapau à Mustafar,[30] un monde volcanique du Techno-Syndicat.[8] À leur arrivée au complexe minier, les dirigeants séparatistes furent prévenus par Dark Sidious, le mystérieux dirigeant de la cause séparatiste, de l'arrivée imminente de Dark Vador, son nouvel apprenti. Si les membres du Conseil Exécutif Séparatiste étaient persuadés que Vador les protégerait, ce dernier avait été chargé de les éliminer. Wat Tambor fut l'un des derniers à périr sous les coups de sabre laser du Seigneur Sith.[30]

Dissolution[]

"Lors de notre chute, la plupart de nos actifs ont été confisqué par les impériaux."
―Hallio Bas sur la nationalisation du Techno-Syndicat par l'Empire Galactique.[src]

Avec la mort de Wat Tambor, le jeune Empire Galactique décida de nationaliser le Techno-Syndicat.[2] Toutes ses bases de données furent transférées dans la Ruche-1, une station de recherche de l'Initiative Tarkin.[22] De nombreux employés de bas-niveaux et fabricants de machines se retrouvèrent au chômage.[2] De même, une partie de l'industrie du Techno-Syndicat passa entre les mains de la Guilde Minière.[20] L'usine de droïdes de l'entreprise sur Hypori devint une station de recherche impériale utilisée par le Projet Puissance Céleste, le groupe de recherches développant l'Étoile de la Mort.[15] Certaines corporations faisant parties du Techno-Syndicat, comme Baktoid Combat Automata, furent nationalisées par l'Empire tandis que d'autres prirent leur indépendance.[19]

Dans les mois qui suivirent la bataille de Yavin, le syndicat du crime de la Meute de Son-tuul envoya une équipe sur Skako Minor pour récupérer d'anciennes données ayant appartenues à Wat Tambor dans son atelier, dont la mémoire du droïde assassin 0-0-0.[21]

Membres connus[]

En coulisses[]

Le Techno-Syndicat est apparu pour la première fois dans le film Star Wars épisode II : L'Attaque des Clones de George Lucas, sorti en 2002. Il fut identifié dans les dialogues du film.

Apparitions[]

Sources[]

Notes et références[]

  1. Le livre de références Star Wars : Les lieux emblématiques de la saga établit qu'au moment de la bataille de Coruscant, le Techno-Syndicat est implanté sur Mustafar depuis trois siècles. Nous pouvons en conclure que l'entreprise a été créée à ce moment ou bien avant.
  2. 2,0 2,1 et 2,2 Star Wars : Insurrection
  3. 3,0 3,1 3,2 3,3 3,4 3,5 et 3,6 Star Wars épisode II : L'Attaque des Clones
  4. 4,00 4,01 4,02 4,03 4,04 4,05 4,06 4,07 4,08 4,09 4,10 4,11 4,12 4,13 4,14 4,15 4,16 4,17 et 4,18 Rise of the Separatists
  5. 5,0 et 5,1 Star Wars : L'Encyclopédie des Vaisseaux et autres Véhicules
  6. 6,0 et 6,1 TCW mini logo.jpg Star Wars: The Clone Wars – "Sur les ailes des Keeradaks"
  7. 7,0 7,1 7,2 7,3 7,4 7,5 et 7,6 Star Wars: Complete Vehicles
  8. 8,00 8,01 8,02 8,03 8,04 8,05 8,06 8,07 8,08 8,09 8,10 et 8,11 Ultimate Star Wars
  9. StarWars-DatabankII.png Droïde assassin Séparatiste dans la Databank (lien de sauvegarde ; vérification souhaitable)
  10. 10,0 10,1 et 10,2 TCW mini logo.jpg Star Wars: The Clone Wars – "Un écho distant"
  11. 11,0 11,1 11,2 11,3 11,4 11,5 11,6 et 11,7 Star Wars : Les lieux emblématiques de la saga
  12. 12,0 12,1 12,2 12,3 12,4 et 12,5 Fully Operational
  13. 13,0 13,1 13,2 13,3 13,4 13,5 et 13,6 TCW mini logo.jpg Star Wars: The Clone Wars – "Héros des deux côtés"
  14. 14,0 et 14,1 StarWars-DatabankII.png Geonosis dans la Databank (lien de sauvegarde ; vérification souhaitable)
  15. 15,0 15,1 et 15,2 Catalyseur : A Rogue One Novel
  16. StarWars-DatabankII.png Mustafar dans la Databank (lien de sauvegarde ; vérification souhaitable)
  17. 17,0 et 17,1 TCW mini logo.jpg Star Wars: The Clone Wars – "Tempête sur Ryloth"
  18. 18,0 18,1 18,2 et 18,3 Star Wars: The Complete Visual Dictionary, New Edition
  19. 19,0 et 19,1 Cyphers and Masks
  20. 20,0 20,1 20,2 et 20,3 Modifications Spéciales
  21. 21,0 et 21,1 Docteur Aphra 15: Hiérarchisation 2
  22. 22,0 et 22,1 Docteur Aphra 16: Hiérarchisation 3
  23. Star Wars : Geektionnaire : La galaxie de A à Z
  24. 24,0 et 24,1 Star Wars - The Official Magazine 84 (Profit(s) de guerre)
  25. Star Wars : L'Encyclopédie Visuelle
  26. The Clone Wars – Battle Tales 2
  27. TCW mini logo.jpg Star Wars: The Clone Wars – "Les Innocents de Ryloth"
  28. TCW mini logo.jpg Star Wars: The Clone Wars – "Liberté sur Ryloth"
  29. Thrawn : Alliances
  30. 30,0 30,1 et 30,2 Star Wars épisode III : La Revanche des Sith
Advertisement